AGENCE DIASPORIQUE D’INFORMATION

Abonnez-vous à la newsletter, envoyez un email
quelconque à adi-subscribe@restitution.be

Pavé

Pavé de mémoire

Toute personne qui le souhaite peut faire placer un pavé de mémoire devant la maison dans laquelle vivait une victime du génocide nazi.
Ce pavé est gravé du nom et du destin de la victime.

Soutenez-nous
Les services de l’ADI sont offerts gracieusement.

Ils ont toutefois un coût.
C’est pourquoi les lecteurs soucieux de garantir la pérennité d’un médias communautaire juif d’information et de libre dialogue sont invités à verser une contribution volontaire sur le compte 063-2604642-33 au nom de ADI.



Agenda

 Enseigner la technique de la Shoah pour combattre le négationnisme ?

16h00 à 17h00 le 11/12/2017

 Hanoucca à Waterloo; allumage de la 6ème bougie

17h00 à 20h00 le 17/12/2017

Les derniers commentaires







Louise Götz est décédée le 9 août 2017. Nous rendons hommage à cette femme au parcours exceptionnel qui voulut pendant 5 ans poser 4 Pavés de Mémoire à Anvers. En vain.

 :20171204_louiseagotz.jpg


Membre del’Association pour la Mémoire de la Shoah, Louise Götz souhaitait honorer la mémoire de Moses Abraham Götz, son père ; Vigdor Hollander, son beau-père ; Eliezer Helfgott, son cousin germain; et le frère de ce dernier Simon Helfgott, mort en résistant, en faisant poser des Pavés de Mémoire en leurs noms devant les domiciles où ils habitaient avant d’être raflés par la police anversoise.

Elle est morte à 90 ans après avoir longtemps attendu - en vain! - la réalisation de son projet. Les responsables de cette déception sont les deux derniers bourgmestres d’Anvers. En effet, malgré les nombreuses demandes qui lui ont été adressées par l’Association pour la Mémoire de la Shoah, il n’a jamais donné son autorisation à ce que sa ville commémore ainsi la persécution de ses concitoyens juifs. A ce sujet, Anvers fait exception dans toute la Belgique. 


 Née en 1927 à Anvers, Louise Götz, avec sa mère Rosa (Ryfka) Pchetizki, a dû se cacher pendant la guerre à Bousval, dans le brabant Wallon. Louise et sa mère y furent victimes d’une dénonciation anonyme alors qu’elles étaient hébergées dans un garage converti en chambre, chez des fermiers âgés. Alerté par le vicaire du village, le bourgmestre-résistant de Sart-Dames-Avelines, Monsieur Deltenre, les confia à son réseau de résistance avant d’être lui-même capturé. Elles ont reçu des faux papiers qui attribuaient deux ans de plus à Louise devenue "Jacqueline Meysmans".

Le 04/12/2017  Michel LussanLire la suite et commenter   1


 :20171130_baetens.jpg

Pierre Paul Baetens avec Henri Kischka,
au Sénat en 2005

A l’occasion des funérailles de Pieter-Paul Baeten le mercredi 29 novembre 2017, l’Association pour la Mémoire de la Shoah tient à rendre hommage aux résistants et à ceux qui ont tenu à entretenir l’héroïsme citoyen.
Le jeudi 16 novembre 2017, Aline ou Michou Dumont-Ugueux, autre grande figure du Réseau Comète s’en est allée. Elle était née en 1921 et s’était vu confier la direction de la filière d’évasion du réseau Comète pour exfiltrer aviateurs et résistants vers la Grande Bretagne via l’Espagne ou le Portugal. Il était né en 1926, entré dans la résistance à 16 ans, arrêté en 1942, interrogé, torturé, déporté comme prisonnier politique « Nacht und Nebel » dans différents camps de concentration et prisons de l’Allemagne nazie. 

L’Association pour la Mémoire de la Shoah rend hommage à leur engagement et à leur combat dans la résistance dès leur adolescence et au péril de leur vie, comme en témoignent les nombreuses arrestations et assassinats de leurs camarades du réseau Comète.

 :20171130_christineadumon-ugeux.jpg

 Aline Dumont avec son futur mari
Pierre Ugueux, vers 1944

Soucieuse de la transmission de la mémoire, l’AMS salue également le formidable travail de mémoire accompli par ces combattants au sein du Groupe Mémoire, dont Pieter Paul Baeten a été le président.
Ce groupe constitué de prisonniers politiques de la Seconde Guerre mondiale s’était donné pour mission de faire connaître les horreurs du nazisme aux jeunes générations. Récemment il avait également dénoncé le paiement de pensions aux collaborateurs militaires SS belges par l’Allemagne, dossier toujours en cours.

L’Association pour la Mémoire de la Shoah témoigne ici de sa reconnaissance à ces citoyens héroïques et salue leur mémoire. Puissent-elles nous accompagner dans la poursuite de nos objectifs. En effet, la disparition des derniers témoins doit inciter les nouvelles générations soucieuses de défendre les valeurs démocratiques à transmettre l’histoire, l’héritage et les valeurs de fraternité et de solidarité de ces combattants pour la paix.

Le 30/11/2017  AMS-VHSLire la suite et commenter   0


 :20171129_ete42aflyera-arecto.jpg Richard Kalisz, réalisateur qui oeuvre depuis plus de 40 ans sur les planches de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) envisage de monter l’intervention scénique « Eté 42: Rafle dans les Marolles » qui se déroulera finalement du 22 février 2018 au 3 mars 2018. Soit six séances à l’intérieur de l’Espace Magh et un parcours à l’extérieur dans les Marolles via bus . En complément des représentations sont prévues pour un public d’écoles . Il insiste particulièrement sur le caractère pédagogique des valeurs du «Vivre Ensemble» dans une métropole comme Bruxelles que ce évènement entend favoriser entre les différentes communautés et en particulier les Juifs et les jeunes générations urbaines (maghrébines et turques).

Le choix de l’Espace Magh , en dernier ressort , assure la «mix-city» ,la transmission d’une mémoire universelle et diminue les préjugés en favorisant le dialogues entre les différentes origines et générations . Plusieurs personnalités belges et étrangères plaident d’ailleurs pour souligner que l’absence de transmission de la mémoire de la Shoah «est inacceptable et augmente significativement la non intégration quand elle disparaît des programmes scolaires et des manuels de l’Enseignement en Fédération Wallonie- Bruxelles".

 

Le 29/11/2017  Michel Lussan, Philosophe et publicitaireLire la suite et commenter   10


 :20171123_signatureaerica-a1a(1).jpg “Jullie komen hier niet binnen met deze stenen! Wij willen ze hier niet zien! Deze avond is georganiseerd om onze 30ste verjaardag te vieren en wij willen geen problemen, en de Struikelstenen gaan ons niet aan.” Met deze woorden werden militanten voor de herinnering, leden van de Vereniging voor de Herinnering aan de Shoah (VHS/AMS) vorige maandag 13 november 2017, buitengezet door de verantwoordelijken van het Vredescentrum van Antwerpen, terwijl ze enkel gevraagd hadden de Struikelstenen te kunnen tonen die nog altijd niet mogen geplaatst worden in deze stad. Het Vredescentrum, een VZW voor Vredesactie ondersteund door de stad en de Provincie Antwerpen presenteert zich nochtans als een “belangrijke speler in de opvoeding voor de vrede. In de klassen, in de wijken en in de alsmaar diverser wordende stedelijke samenleving stellen wij altijd een voor jongeren en ouderen aangepast programma voor”. 

Le 22/11/2017  Eric PicardLire la suite et commenter   3


  :20171116_vredescentrum(2).jpg  « Vous ne rentrerez avec ces pavés ! Nous ne voulons pas les voir ici ! La soirée a été convoquée  à l’occasion de notre 30e anniversaire, Nous voulons faire la fête et ne voulons pas  avoir de problème et les pavés de mémoire, c’est hors de notre sujet ».  C’est en ces termes  que les militants de la mémoire, membre de l’Association pour la Mémoire de la Shoah, ont été refoulés  lundi dernier par les responsables du Vredescentrum d’Anvers, alors qu’ils avaient demandé à pouvoir y présenter les pavés de mémoire encore toujours interdits de pose dans cette ville.

 Le Vredescentrum, une ASBL pacifiste soutenue par la ville et par la province Anvers, se présente pourtant comme jouant " un rôle social important dans l’éducation à la paix. En classe, dans le quartier et dans une société urbaine de plus en plus diversifiée, nous proposons toujours un programme adapté pour les jeunes et moins jeunes.". Lundi 13 novembre, le Vredescentrum avait invité le public à une soirée de réflexion au Roma, un centre culturel de Borgerhout. 

Jeroen Olyslaegers, Tinneke Beeckman, El Warda-Kaddouri, Bruno De Wever et Rodaan Al Galidi devaient y parler d'éducation à la paix et de mémoire. 

L'AMS avait voulu saisir l'occasion pour faire offre de dialogue avec des anversois se déclarant attentifs aux thèmes qui sont aussi les siens.
En effet, l'Association pour la Mémoire de la Shoah, actuellement principalement composée de Juifs bruxellois francophones, est chargée par des descendants de résistants ou de victimes du génocide nazi de poser des pavés de mémoire devant les maisons où ils habitaient avant d'être arrêtés et pour la plupart d'entre eux assassinés.

Cela ne pose un problème qu'à Anvers. Ailleurs, les autorités communales se montrent  enthousiastes à l'idée d'autoriser ces poses, de ramener ainsi symboliquement leurs anciens concitoyens chez eux et de préparer les élèves et les associations locales à participer activement aux cérémonies officielles d'inauguration des ces pavés.

Le 15/11/2017  Eric PicardLire la suite et commenter   6


Samedi 11 :20171109_11a11a2016.jpgCe samedi 11 novembre 2007, pour la seconde fois, à l’occasion des cérémonies  officielles commémorant la fin des guerres du siècle passé, Philippe Roi des Belges s’inclinera au nom de ses  concitoyens devant une délégation de l’Association pour la Mémoire de la Shoah  dont les membres porteront chacun, tel un élément de leur uniforme,

un pavé de mémoire rappelant le nom d’une des victimes du nazisme.

Pour l’AMS,  il est essentiel de rappeler  que le  génocide commis par les nazis a été préparé et secondé par certaines administrations de l’État belge et  que plus de 30 000  Juifs de Belgique ont été assassinés. En même temps, l’AMS  présentera un pavé au nom de Jan De Ridder, un policier anversois résistant, soulignant par-là l’héroïsme  exemplaire et courageux des quelques fonctionnaires qui ont su désobéir aux ordres donnés par une hiérarchie collaborationniste pour sauver ainsi  quelques êtres humains et  contribuer à construire notre avenir démocratique.

Le 09/11/2017  AMS-VHSLire la suite et commenter   0


Il y a 75 ans, le soir du  dimanche 3 septembre 1942, les forces d'occupations nazies perpétraient la rafle des Juifs de Bruxelles, dans les quartiers des Marolles et du bas de Saint-Gilles.

Votre image

 Herschel Grynszpan en prison
à Paris, après l'attentat

Ce dimanche 3 septembre 2017, à 18 heures, aux coins des rues desTanneurs, des Brigittines et du Miroir un hommage sera rendus aux victimes de ces rafles et le Square Herschel Grynszpan sera inauguré officiellement par Philippe Close, bourgmestre de Bruxelles

A 19 heures, 21 pavés de mémoire seront inaugurés dans le quartier des Marolles.

A 20 heurs 30,en l'église  de la Chapelle, Monseigneur de Kesel, Cardinal de Belgique fera une conférence  "L'Eglise catholique et la Shoah en Belgique".
Les cérémonies se clotureront par un concert du quatuor à cordes Zerkalo.

Les 75 députés bruxellois et les 48 conseillers communaux de la Ville de Bruxelles ont été invités à assister aux cérémonies. Elles participeront aux cérémonies en lisant les noms des victimes du nazisme inscrits sur les 108 pavés de mémooire déjà posés sur le territoire de la commune.

Les personnalités suivantes ont déjà répondu positivement à cette invitation:

Jean-Marie Amand, Conseiller Communal de la Ville de Bruxelles, Chef de goupe PS
Els Ampe, Echevine bruxelloise, VLD
Delphine Bourgeois, Conseillère communale d'Ixelles MR
Faouzia Hariche, Echevine Bruxelloise PS
Bianca Debaets, Secrétaire d'Etat bruxellois CD&V
Emmanuel De Bock, Député Bruxellois DéFIaouzia 
Fatoumata Sidibé, Députée bruxelloise DéFI
Zoé Genot, Députée régionale ECOLO
Marie Nagy, Conseillère communale bruxelloise
Bertrand Wert, Conseiller communal d'Ixelles, ECOLO
David Weytsman, Echevin bruxellois, MR

Ainsi que Ysee Mauchard, Anna Cytryn, Audrey Altmann et Ella Almeleh, Marichim (chefs) du mouvement de jeunes juif Hashomer Hatzaïr.

Une possibilité de restauration est prévue: El Camion, street food.
Rafraichissement offerts par l'Association pour la Mémoire de la Shoah.

Le 03/09/2017  AMS-VHSLire la suite et commenter   3


Conférence de presse  Présentation du programme et des enjeux des cérémonies de commémoration du 75e anniversaire de la rafle des Juifs étrangers de Bruxelles, de l’inauguration officielle du square Herschel Grynszpan par le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close, de l’inauguration de 21 pavés de mémoire dans les Marolles et de la conférence du Cardinal Joseph de Kesel
mardi 29 août, à 11 heures  
1F, rue des Renards, au centre Bruegel

Renseignements: Nicole Weismann 02 347 5065 ou 0499 73 98 01

 

- Audition d’un témoignage extrait de « Rafle dans les Marolles », le documentaire radiophonique de Richard Kalisz, en présence de l’auteur.

- Programme détaillé des 3 cérémonies. 

Participation confirmée de :
Freddy Goldberg,  témoin de la Kristallnacht, 
Joseph Nowak, témoin de la rafle des Marolles, 
Marcel Zalc, Président de l’AMS et enfant juif caché, 
Dr Laurence Schram, historienne, 
Michael Häusler représentant permanent de l'ambassade d'Allemagne en Belgique
Philippe Close,  bourgmestre de Bruxelles, 
Albert Guigui,  Grand-rabbin de Bruxelles, 
7° Monseigneur Joseph de Kesel, Cardinal et Evêque du diocèse de Malines-BruxellesLes pavés de mémoire en Europe et en Belgique


- Le projet des PDM pour toutes les victimes du nazisme de la rue des Tanneurs

- Les 21 pavés de mémoire à inaugurer;  adresses et textes gravés

- Biographie d’Herschel Grynszpan

Square GrynszpanLe futur Square Herschel Grynszpan, avec en arrière plan l'église de la Chapelle ou interviendra le Cardinal de Kesel avnt le concert

- Comparaison des rafles d’Anvers effectuées avec la complicité de l’administration communale et la participation de la police et de celle Bruxelles réalisée par les seules forces d'occupation.  
-Le projet mur des Justes de Belgique,  rue des Brigittines

- Le projet des 3 stèles des 3 septembre

pour le 3 septembre 1942 rafle des Juifs étrangers de Bruxelles
pour le 3 septembre 1943 rafle des Juifs belges de Bruxelles
pour le 3 septembre 1944 libération de Bruxelles

Un rafraichissement sera offert

Les travaux des poses dans les trottoirs des pavés de mémoire à inaugurer dimanche seront effectués par les services de la Ville de Bruxelles ce vendredi 1 septembre dans la matinée. Il sera possible d’y assister. Pour fixer rendez-vous, contacter  John Zalane au 02 347 5065

 

Le 27/08/2017  AMS-VHSLire la suite et commenter   3


Durant la nuit du 3 au 4 septembre 1942, les nazis raflèrent à leurs domiciles bruxellois 597 Juifs ne jouissant pas de la nationalité belge. 
L'Association pour la Mémoire de la Shoah a voulu marquer les 75 ans de cet acte de génocide en prévoyant le dimanche 3 septembre 2017, plusieurs activités importantes liées à la mémoire de la Shoah, à Bruxelles dans les Marolles, sur les lieux même de la tragédie. 

A 18 heures, au coin des rues des Tanneurs, du Miroir et des Brigittines, il sera procédé à l'inauguration officielle du Square Herschel Grynszpan, au nom de ce jeune résistant juif qui habitat rue des Tanneurs avant d'assassiner à Paris un diplomate allemand dont le régime persécutait et emprisonnait ses parents et lui refusait le droit de les rejoindre.
On annonce plusieurs prises de paroles, parmi lesquelles celle du Bourgmestre de Bruxelles Philippe Close et celle du Grand rabbin Guigui

Ensuite le public sera invité à suivre un circuit reliant les pavés de mémoire déjà présents dans le quartier et à assister aux inaugurations des pavés posés à l'initiative des familles Gelender, Neumann, Van Praag et Sapira.

A 20 heures 30, à l'église de la Chapelle, le Cardinal de Belgique, Monseigneur de Kesel, fera une conférence sur le thème de La Shoah en Belgique et l'Eglise catholique. Cette conférence sera suivie d'un concert par le Quatuor Zerkalo.

Toutes ses activités sont gratuites. Elles sont organisées avec les soutiens de La Ville de Bruxelles, de la Fondation Simon et Lina Haïm, de la Loterie nationale, de la Fondation Auschwitz, de la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Fondation du Judaïsme de Belgique.
Informations, inscriptions et réservations des places souhaitées: liliane.cymlich@skynet.be ou 02 649 2968.

Affiche à rediffuser largement et à imprimer.

 

Le 17/08/2017  AMS-VHSLire la suite et commenter   6


Dossier de presse de l’Association pour la Mémoire de la Shoah ( AMS ) / Informations inédites / Recherches et rédaction: Michel Lussan / embargo pour publication print ou électronique jusqu’à dimanche 23 juillet 12 heures  

Quand Simone Veil décède le 30 juin quelques heures après l’Association pour la Mémoire de la Shoah décide qu’une commémoration citoyenne sur l’Agora Simone Veil du Parlement Européen située sur le territoire de la commune d’Ixelles s’impose d’urgence.
Pourquoi et comment ?
Parce que Simone Veil fut la première Présidente du Parlement Européen élue au suffrage universel des parlementaires en 1999 dont un des deux sièges est situé à Bruxelles. Ensuite car l’une des vocations que l’AMS poursuit c’est de transmettre la mémoire des rescapés de la Shoah décidée le 20 janvier 1942 à la conférence nazie de Wannsee qui réunit dans la villa Marlier de Berlin quinze hauts responsables de ministères ou de la police du Troisième Reich, pour mettre au point l’organisation administrative, technique et économique de la « solution finale de la question juive ».

Et le 13 avril 1944, Simone née Jacob , sa mère et sa sœur Madeleine sont envoyées de Drancy, dans le convoi no 71, avec les 44 enfants juifs ( dont 8 belges ) cachés dans la maison d’Izieu , raflés par le gestapiste Klaus Barbie à destination d’ Auschwitz-Birkenau, où ils arrivent le 15 avril au soir. Un prisonnier parlant français lui conseille de se dire âgée de plus de 18 ans, pour passer la sélection et éviter l’extermination. Elle reçoit le matricule 78651, qui lui est tatoué sur le bras. Le travail forcé consiste alors à « décharger des camions d’énormes pierres » et à « creuser des tranchées et aplanir le sol ».Elle est transférée à Bergen Belsen au cours d’une des « Marches de la mort «.

Bergen-Belsen est libéré par les troupes britanniques le 15 avril 1945 . Simone, Madeleine et Denise sont les seules survivantes de la famille, puisque leur père, leur mère et leur frère ne sont pas revenus des camps. Simone après son retour en France, se tient prête à parler, mais a l’impression que presque personne ne veut entendre ce qu’elle a à dire.

Au delà des hommages officiels, l’AMS souhaitait que tous les citoyens bruxellois puissent participer et exprimer leurs émotions suscitées par le décès de Madame Veil.

 

Le 23/07/2017  Michel Lussan AMS-VHSLire la suite et commenter   0




info@restitution.be ou via ce formulaire

* * * *

image : *
Recopier le code (en minuscule)

Je vous autorise à m'envoyer des informations sur les activités, évènement, ...

Oui  |   Non

les champs marqués par une * sont obligatoires. Le respect de la vie privée est assuré.

Liens