AGENCE DIASPORIQUE D’INFORMATION

Abonnez-vous à la newsletter, envoyez un email
quelconque à adi-subscribe@restitution.be

Pavé

Pavé de mémoire

Toute personne qui le souhaite peut faire placer un pavé de mémoire devant la maison dans laquelle vivait une victime du génocide nazi.
Ce pavé est gravé du nom et du destin de la victime.

Soutenez-nous
Les services de l’ADI sont offerts gracieusement.

Ils ont toutefois un coût.
C’est pourquoi les lecteurs soucieux de garantir la pérennité d’un médias communautaire juif d’information et de libre dialogue sont invités à verser une contribution volontaire sur le compte BE79 0632 6046 4233 au nom de ADI.

 


Les derniers commentaires







Ce dimanche, à la Colonne du Congrès à Bruxelles, une délégation de l’Association pour la Mémoire de la Shoah défilera devant les plus hautes autorités du pays à l’occasion des cérémonies officielles du 11 novembre. Elles commémorent la fin des deux guerres mondiales. Pour l’AMS, il s’agira de rendre hommage aux victimes de l’antisémitisme nazi et de rappeler que l’Etat belge a honteusement collaboré à leurs persécutions et à leurs déportations.

Bien que ces 2 guerres n’opposaient ni les mêmes belligérants, ni les mêmes causes, l’Etat belge organise depuis 1983 une seule commémoration pour célébrer l’armistice de 1918 et la reddition du 8 mai 1945. Alors que la « guerre des tranchées » opposait des Etats-nations, la seconde guerre mondiale concernait la défense des démocraties occidentales alliées à l’URSS pour combattre les nazis, les fascistes italiens, les japonais et les Etats complices. Mais surtout la spécificité de la guerre 39-45 fut la volonté prioritaire du IIIème Reich d’anéantir le peuple juif de toute l’Europe : la Shoah.

Bien que l’Association pour la Mémoire de la Shoah soit officiellement invitée, le protocole lui a formellement interdit de déposer la gerbe par laquelle elle souhaitait honorer la mémoire des 6 millions de Juifs assassinés. Que justifie cette attitude? L’État belge cherche-t-il à rester discret sur sa collaboration au génocide des Juifs ?

L’AMS rappelle que selon Herman Van Goethem, historien recteur de l’université d’Anvers, le mouvement nationaliste flamand a longtemps idéalisé la collaboration et considéré l’immédiate après-guerre comme une chasse aux sorcières dont il n’y avait pas lieu de se réjouir.
C’est sous sa pression qu’en 1983, le gouvernement Martens-Gol décida de supprimer des jours fériés officiels la célébration spécifique du 8 mai, anniversaire de la victoire des démocrates contre le nazisme. 

Le 08/11/2018  AMS-VHSLire la suite et commenter   0


Tir national Après avoir été hébergé à la Caserne Dailly, un nouveau bâtiment a été construit en 1889, le long de l’actuel boulevard Reyers à Schaerbeek, pour abriter le Tir national et permettre à la Garde Civique puis à l’Armée (jusqu’en 1945) de s’entraîner à l’usage d’armes à feu dans un espace plus vaste, en l’occurrence porté à 600 mètres. 

Enclos des fusillés Le Tir national a été occupé durant les deux Guerres mondiales par l’armée allemande. De nombreux résistants y ont été fusillés, puis enterrés à l’« Enclos des fusillés », situé à l’arrière du bâtiment (on y accède par la rue Colonel Bourg). Citons à titre d’exemple Edith Cavell et Gabrielle Petit, exécutées en 1915 et 1916, ou les frères Livchitz et Lucien Orfinger, fusillés en 1944. Il compte 365 tombes dont 219 ont été, au cours des ans, exhumées. Sur les 146 corps restés en place, 38 demeurent non identifiées. Le Tir national a été démoli en avril 1963 pour faire place aux studios de la radio-télévision belge (RTBF et VRT).

Appartenances politiques diverses Les victimes sont toutes des résistants ou des otages, d’appartenances politiques diverses mais en grande majorité de confession catholique puisque toutes les tombes sont marquées d’une croix, à l’exception de douze d’entre elles arborant l’étoile de David et une stèle indiquant l’origine juive de la personne inhumée. La plupart des victimes sont belges mais des résistants d’autres nationalités sont également présents. Une stèle au milieu du cimetière marque l’emplacement d’une urne contenant les restes de victimes des camps de concentration nazis.

Le 29/10/2018  Daniel Weyssow, Fondation AuschwitzLire la suite et commenter   0


Vendredi 9 novembre 2018, date de la 80ème commémoration de la Nuit de cristal, l’ASBL Mémoire d’Auschwitz organise pour la 3ème année une soirée thématique sur le Musique sous le IIIème Reich.

 

 

Le 29/10/2018  Mémoire d'Auschwitz ASBL Lire la suite et commenter   0


L’asbl Ti Suka vient d’éditer Le mur de l’oubli, plaquette pédagogique destinée aux enseignants, éducateurs, animateurs culturels, .... C’est un outil de transmission et de réflexion qui vise à sensibiliser le public adolescent à la critique historique.

Résister, désobéir! La Seconde Guerre Mondiale, les victimes civiles, la Shoah, les enfants cachés, des lieux de mémoire, les crimes contre l’Humanité, la Déclaration des Droits de l’Homme, la Solidarité, la Désobéissance civile, les lanceurs d’alerte, l’expression du devoir de mémoire …

Le 28/10/2018  Mirko PopovitchLire la suite et commenter   0


Lundi 22 octobre 2018 de 16h à 17h, Alberto Israel, resacppé d’Auschwitz sera l’invité de l’émission Passeurs de Mémoire, une émission de l’Association pour la Mémoire de la Shoah sur Radio Judaica.

Alberto Israël est né à Rhodes en 1927. Le 23 juillet 1944, il a été arrêté et déportévers Auschwitz avec toute la communauté juive de Rhodes. Les 1673 Juifs de Rhodes font partie du dernier convoi à quitter la Grèce, les survivants arrivent à Auschwitz le 16 août 1944.

Alberto Israël fait partie des 150 survivants des Juifs de Rhodes libérés en mai 1945. Il vit aujourd’hui à Bruxelles.

Dimanche 7 octobre 2018, à l’occasion du 62ème pèlerinage national à l’ancienne caserne Dessin à Malines, Alberto Israël a livré un témoignage bouleversant sur la déportation.
Le 22 octobre il sera l’invité d’Eric Picard et Nicole Weismann pour évoquer l’importance du témoignage aujourd’hui.

Alberto Israël, Je ne vous ai pas oubliés, Brussel, Éditions de l’Institut Sépharade Européen, 2008
Si vous êtes abonné au Monde, le n° du 20 octobre 2018 informe que L’éducation nationale se prépare à enseigner la Shoah sans « grands témoins » rescapés

Photo: © Georges Boschloos/Fondation Auschwitz

Le 20/10/2018  AMS-VHSLire la suite et commenter   0


Dans le cadre du projet «Inauguration des Pavés de mémoire des rues Georges Moreau et Rossini», l’Association pour la Mémoire de la Shoah mène un travail de conscientisation dans le quartier de Cureghem à Anderlecht.

La première phase concerne la Maison de jeunes Alhambra située rue Rossini n°16.
Une animation dans les locaux de l’association a eu lieu le mercredi 17 octobre. Une quinzaine de jeunes ont rencontré Madame Bella Swiatlowski, promotrice des premiers Pavés de Mémoire placés en Belgique et écouter son témoignage. 
Le mercredi 24 octobre à 16h, le même groupe de jeunes participera à un parcours mémoriel qui, partant du Mémorial National aux Martyrs Juifs de Belgique, rejoindra les Pavés de Mémoire.
Les promoteurs des Pavés de Mémoire placés rues Georges Moreau et rue Rossini seront présents.
Monsieur l’Echevin Mustapha Akouz honorera ce parcours mémoriel de sa présence.

Les 9 Pavés de Mémoire concernés sont situés rue Georges Moreau n°52 et rue Rossini n°s 8, 41 et 56.

L’Association Alhambra mène des activités de cohésion sociale. Ecole de devoirs, elle vise également à la sensibilisation à la citoyenneté et à la culture.

Le 17/10/2018  AMS-VHSLire la suite et commenter   0


L’Association pour la Mémoire de la Shoah a pour objectif de faire ériger à Bruxelles un Mur des Justes de Belgique; ces 1742 citoyens courageux et généreux qui cachèrent bénévolement des Juifs. Ils ont été recensés et honorés individuellement par l’institut israélien Yad Vashem.

Après-guerre la Belgique ne les a pas honorés ni considérés comme résistants. Ils n’eurent pas accès aux avantages associés aux statuts réservés à ces derniers.
Une simple plaque au Mont des Arts, inaugurée le 8 mai 2007, rappelle leur exemple aux rares passants qui la remarquent. Aujourd’hui ces héros sont toujours anonymes.

Pour qu’ils soient honorés dignement et que leur générosité soit mise en exergue, l’inauguration du mur avec les 1742 noms devrait avoir lieu le 1er septembre 2019 à l’occasion de la commémoration du 75ème anniversaire de la libération de Bruxelles.

L’Association pour la Mémoire de la Shoah a demandé aux candidats au mayorat de la Ville de Bruxelles, têtes de liste des élections communales de dimanche prochain, de soutenir officiellement ce projet de Mur des Justes. Trois d’entre eux ont répondu.
Philippe Close (PS) a assuré l’AMS de «tout son soutien à l’érection d’un Mur des Justes où figurerait les noms de tous ces héros» à l’occasion d’une prise de parole à la commémoration de la rafle des Juifs le 2 septembre 2018, Alain Courtois (MR) a également assuré l’AMS de «son soutien indéfectible à ce beau projet» et Benoît Hellings (écolo/groen) a fait parvenir à l’AMS «le soutien plein et sans réserve à l’érection d’un Mur des Justes».

Le 11/10/2018  AMS-VHSLire la suite et commenter   0


La première pose autorisée d’un pavé de mémoire à Anvers aura lieu ce dimanche 16 septembre, Gallifortlei 244 (Deurne). Le pavé sera posé au nom de Jan de Ridder, résistant et victime du nazisme, par son arrière petit-neveu Willem Kennis.

Jan de Ridder est entré dans la résistance en 1942 au sein de la «Witte Brigade - Fidelio» anversoise qui recrutait essentiellement dans la police et les services administratifs ainsi que dans l’enseignement. 43 policiers furent arrêtés dans la nuit du 14 au 15 janvier 1944. Seuls 8 d’entre eux survécurent à la déportation. Après 13 mois d’emprisonnement particulièrement cruels, Jan De Ridder est mort le 9 mars 1945 à la caserne Boelcke à Nordhausen qui dépendait du camp de concentration de Mittelbau-Dora.

La cérémonie se déroulera devant la maison où il fut arrêté, en présence de sa famille, de voisins et de sympathisants.

Prendront successivement la parole : Willem Kennis, arrière petit-neveu de Jan de Ridder; Herman Van Goethem, historien, recteur de l’Université d’Anvers et ancien directeur du Musée Kazern Dossin de Malines; Ben Michiels, petit-fils de Jos Veerman qui dirigeait le réseau d’agents de police résistants de Deurne et Meyer-Marcel Zalc, président de l’Association pour la Mémoire de la Shoah (AMS-VHS).

Le 13/09/2018  AMS-VHSLire la suite et commenter   0


L’inscription passée d’une communauté juive parsemée autour de la gare du midi semble aujourd’hui à peu près complètement oubliée. Qu’en reste-t-il sur le terrain ? Terre d’asile pour de nombreux réfugiés ayant fui le nazisme dans les années qui précédèrent la Seconde Guerre mondiale, la population juive ne put que très partiellement échapper à l’emprise de l’occupant. Quels lieux comptèrent pour les immigrés ? Quelles furent les interactions avec les habitants de souche ? La résistance se manifesta-t-elle dans le quartier face à l’occupant qui mit en place, comme dans tous les pays occupés, des procédures visant à répertorier, isoler, puis éliminer, notamment par des rafles, les populations juives via les déportations ? Comment procédèrent-ils dans le quartier pour arriver à leurs fins ? Certains arrivèrent-ils à se cacher ? Les deux heures du parcours, qui s’effectuera dans l’axe de la rue des Tanneurs et s’achèvera sur la petite ceinture à proximité de la gare du Midi, seront ponctuées d’une quinzaine de lieux d’intérêt mémoriel.

Rendez-vous samedi 15 septembre à 11 heures au coin de la rue du Poinçon et de la rue des Alexiens (à 100 mètres du Manneken-Pis) devant la fresque murale de Gaétan Tarantino.

Fin du parcours au Boulevard du Midi (petite ceinture). Durée : 2 heures.
La participation est gratuite mais uniquement sur réservation: daniel.weyssow@auschwitz.be

Le 08/09/2018  Mémoire d'Auschwitz ASBL Lire la suite et commenter   0


Ces pavés ont été posés cette semaine par les ouvriers de la Ville de Bruxelles.
Ils seront officiellement inaugurés dimanche 2 septembre à 17 heures.

L'Association pour la Mémoire de la Shoah organise une campagne de financement public de ces pavés
et invite toute personne désireuse d'en devenir sponsor à verser une participation. 

 64 Rue des Tanneurs
Chonon Berkowitsch
134 Rue des Tanneurs
Berta  Bluwstein 
156 Rue des Tanneurs
Szindla Zumerman-Horowicz
 74 Rue des Tanneurs
Henri-Zalman Kutnowski
Leon Kupferminc
Joseph Mozelsio
140 Rue des Tanneurs
Lotte Grunspan-Buch
Wolf Grunspan 
161 Rue des Tanneurs
Rachel Dupuis-Romacki
Szyman Romacki
84 Rue des Tanneurs
Maurice Pukatz
Bernhard  Pukatz
Fejga  Frysz-Schulz
142 Rue des Tanneurs
Szymon Imerglik
179 Rue des Tanneurs
Fiszel Rozen
89 Rue des Tanneurs
Chaim Boksenbaum
146 Rue des Tanneurs
Sara-Sophie Gelbard-Grunspan
Jacob  Snopek
181 Rue des Tanneurs
Marja Zalcman-Jabunski  
92 Rue des Tanneurs
Louis Eisenstab
Ida Eisenstab
Szlama Eisenstab
Mirla Eisenstab-Zalc
Bernhard Ehrlich
Lea Ehrlich-Pelz
Leib  Ehrlich
Izaak  Ehrlich
Jacob  Ehrlich
Usher Ehrlich
141 Rue des Tanneurs
Zeman Snopek
Sarah Snopek
Ajdla Snopek-Jablonkiewicz
187 Rue des Tanneurs
David Bachner
94 Rue des Tanneurs
FajglaPerelsztajn-Trzesniewski
Rachmil Perelsztajn
146 Rue Des Tanneurs
Sara Snopek-Berkovitz 
188 Rue des Tanneurs
Feiga Lowenhaar-Chapochnik
Otto  Lowenhaar
108 Rue des Tanneurs
Maks Katz
149 Rue des Tanneurs
Szprinnya Laufer-Borys
Chaim Laufer
Bella Laufer
Bernard Laufer
205 Rue des Tanneurs
Fritz Kandler
112 Rue des Tanneurs
Maks Bohm
153 Rue des Tanneurs
Rosa  Schwarz-Fruchter
211 Rue des Tanneurs
Mindel Roelen-Nitka
 130 Rue des Tanneurs
Jacob Kofman
155 Rue des Tanneurs
Chaja Chojnorowska
215 Rue des Tanneurs
Doba Goldstein-Goldberg


 :20180827_image00001.jpeg 

 :20180508_pdmaaronawolfson.jpg

  :20180827_image00004.jpeg

 :20180827_image00005.jpeg 

  :20180827_image00007.jpeg

©Bella Swiatlowski
Cliquer sur les photos pour les agrandir

Le 27/08/2018  Lire la suite et commenter   2




info@restitution.be ou via ce formulaire

* * * *

image : *
Recopier le code (en minuscule)

Je vous autorise à m'envoyer des informations sur les activités, évènement, ...

Oui  |   Non

les champs marqués par une * sont obligatoires. Le respect de la vie privée est assuré.

Liens