AGENCE DIASPORIQUE D’INFORMATION

Abonnez-vous à la newsletter, envoyez un email quelconque à adi-subscribe@restitution.be

Pavé

Pavé de mémoire

Toute personne qui le souhaite peut faire placer un pavé de mémoire devant la maison dans laquelle vivait une victime du génocide nazi.
Ce pavé est gravé du nom et du destin de la victime.

Soutenez-nous
Les services de l’ADI sont offerts gracieusement.

Ils ont toutefois un coût.
C’est pourquoi les lecteurs soucieux de garantir la pérennité d’un médias communautaire juif d’information et de libre dialogue sont invités à verser une contribution volontaire sur le compte 063-2604642-33 au nom de ADI.

    Commentaire    Retour Imprimer

Radio Judaïca: un pavé de mémoire au nom de Koutchouk à Watermael-Boitsfort

Lundi 6 mars de 16h à 17h, l’Association pour la Mémoire de la Shoah recevra Jean-Pierre Carpentier dans Passeurs de Mémoire, son émission sur Radio Judaica (90.2).

Carpentier, historien passionné d’histoire locale, a découvert fortuitement l’existence d’un Juif nommé Guersch Koutchouk ayant habité Boitsfort, alors qu’il travaillait sur la liste de ses concitoyens résistants qui ont été incarcérés au camp de concentration de Breendonck.

Carpentier est le promoteur du premier Pavé de Mémoire de Watermael Boisfort, posé à la mémoire de Guersch Koutchouk.

Né en 1905 à Kichineff, Guersch Koutchouk arrive en Belgique en 1923. Etudiant à l’université de Gand, il devient ingénieur civil. En 1933 il épouse Cécilia Droujanoff. Le couple s’installe à Watermael Boisfort, au 80 avenue de Visé, sans doute pour être à proximité du chantier de l’église Saint-Adrien à Ixelles, sur lequel il travaillait. C’est à cette adresse qu’a été posé le pavé de mémoire le 4 février 2017, en présence du bourgmestre Olivier Deleuze.

Le 18 décembre 1940, conformément à l’ordonnance du 29 mai, Guersch Koutchouk s’inscrit, ainsi que sa femme et son fils,  sur le registre des Juifs tenus par l’administration communale.
Il est également inscrit au registre de l’Association des Juifs de Belgique (AJB), créée par l’occupant par une ordonnance du 25 novembre 1941.
Arrêté, il est incacéré à Breendonk de 22 juillet 1941 jusqu’au 1er juin 1942.

A sa libération de Breendonk, il prend la décision de cacher sa femme et son fils Jacques, né le 6 mars 1939.

Arrêté une seconde fois  le 26 septembre 1942, il est incacéré au camp de transit de la caserne Dossin, à Malines. Il est déporté par le convoi XII qui quitte Malines le 10 octobre 1942 et arrive à Auschwitz-Birkenau le 12 octobre. Détneu dans le camp de concentration, il  échappe aux chambres à gaz de l’usine d’extermination et survit jusqu’à l’évacuation du camp début janvier 1945. Pendant la marche de la mort, Il est assassiné, abattu par un garde SS.

06/03/2017    AMS-VHS

Liens