AGENCE DIASPORIQUE D’INFORMATION

Abonnez-vous à la newsletter, envoyez un email
quelconque à adi-subscribe@restitution.be

Pavé

Pavé de mémoire

Toute personne qui le souhaite peut faire placer un pavé de mémoire devant la maison dans laquelle vivait une victime du génocide nazi.
Ce pavé est gravé du nom et du destin de la victime.

Soutenez-nous
Les services de l’ADI sont offerts gracieusement.

Ils ont toutefois un coût.
C’est pourquoi les lecteurs soucieux de garantir la pérennité d’un médias communautaire juif d’information et de libre dialogue sont invités à verser une contribution volontaire sur le compte 063-2604642-33 au nom de ADI.

    Commentaire    Retour Imprimer

Kaddish pour Louise Götz

Louise Götz est décédée le 9 août 2017. Nous rendons hommage à cette femme au parcours exceptionnel qui voulut pendant 5 ans poser 4 Pavés de Mémoire à Anvers. En vain.

 :20171204_louiseagotz.jpg


Membre del’Association pour la Mémoire de la Shoah, Louise Götz souhaitait honorer la mémoire de Moses Abraham Götz, son père ; Vigdor Hollander, son beau-père ; Eliezer Helfgott, son cousin germain; et le frère de ce dernier Simon Helfgott, mort en résistant, en faisant poser des Pavés de Mémoire en leurs noms devant les domiciles où ils habitaient avant d’être raflés par la police anversoise.

Elle est morte à 90 ans après avoir longtemps attendu - en vain! - la réalisation de son projet. Les responsables de cette déception sont les deux derniers bourgmestres d’Anvers. En effet, malgré les nombreuses demandes qui lui ont été adressées par l’Association pour la Mémoire de la Shoah, il n’a jamais donné son autorisation à ce que sa ville commémore ainsi la persécution de ses concitoyens juifs. A ce sujet, Anvers fait exception dans toute la Belgique. 


 Née en 1927 à Anvers, Louise Götz, avec sa mère Rosa (Ryfka) Pchetizki, a dû se cacher pendant la guerre à Bousval, dans le brabant Wallon. Louise et sa mère y furent victimes d’une dénonciation anonyme alors qu’elles étaient hébergées dans un garage converti en chambre, chez des fermiers âgés. Alerté par le vicaire du village, le bourgmestre-résistant de Sart-Dames-Avelines, Monsieur Deltenre, les confia à son réseau de résistance avant d’être lui-même capturé. Elles ont reçu des faux papiers qui attribuaient deux ans de plus à Louise devenue "Jacqueline Meysmans".

En septembre 1943, forte de cette nouvelle identité, Louise s’inscrit avec ses faux papiers, qui lui attribuent 18 ans, à l’Ecole Ouvrière et Sociale (EOS) de la rue Berckmans, à Saint-Gilles. Elle peut aussi y loger. Le directeur Léon Delsinne et le professeur Jean Nihon sont les seuls à savoir que Louise a été placée à l’école par la résistance.
Sa mère a été placée à l’hôpital de Salzinnes, à Namur, avec ses deux jambes dans le plâtre pour justifier son séjour. Louise pourra rendre visite à sa mère quelques fois durant cette année d’études.

A la fin de l’année scolaire, Louise aura des résultats brillants. Mais en septembre 1944, à la Libération, puisque Louise n’a pas en réalité 18 ans, le directeur de l’EOS lui enjoint de revenir un an plus tard.

Louise et sa mère retournent alors à Anvers et apprennent que leur père et mari, Abraham Moses Götz, a été assassiné à Auschwitz.

Louise commence alors sa carrière de secrétaire. Elle grimpe les échelons pour finir par être secrétaire de direction d’une banque importante. En effet, dès son retour à Anvers, comme elle maîtrise déjà le français, le flamand et le yiddish, elle suit des cours du soir avec ténacité pour apprendre la sténo-dactylographie, l’anglais et l’espagnol.

En 1965, elle reprend ses études à l’EOS (à 38 ans !) qu’elle achèvera en 1968. Puis, elle entre comme assistante sociale au service du personnel de l’ULB pour y entamer sa deuxième carrière.
Elle quittera ce poste à 66 ans en 1998. Un an de plus que la retraite habituelle.

Louise a eu le statut de victime civile de la guerre, mais elle n’a pas voulu rejoindre l’association belge de "L’enfant caché".

C’est le départ d’une femme combattante de la vie, qui a grandi trop vite et qui a traversé les épreuves avec un courage et une détermination sans faille, que nous saluons aujourd’hui : Of Simches !

 

 

04/12/2017    Michel Lussan

Bonjour

 

Malgré des demandes répétées vous vous obstinez à refuser de nous expliquer pourquoi la ville d'Anvers refuse encore la pose des pavés de la mémoire.

On dit mais est ce vrai qu'il s'agit là d'un souhait des apparatchiks du Forum ?

Est il possible qu'enfin le petit peuple que nous sommes soyons informé ou cela doit aussi rester dans la nébuleuse de tout ce qui entoure les organisations juives non représentatives de qui que ce soit ?

 

D'avance merci de bien vouloir soirtir de l'omerta

 

Hélène

05/12/2017 | 10H53 | Hélène

Hélène,

 

Vous auré constaté que votre demande léjitime importe peu le responsablle de ce forum puisqu'il ne dègne même pas prendre sa plume pour vous répondre preuve en est du mépri qu'il vous portent a vous et à moi aussi comme lecteure

comme c'est triste

 

Annick

13/12/2017 | 21H59 | Annick

 répondre publier un nouveau commentaire


Liens