AGENCE DIASPORIQUE D’INFORMATION

Abonnez-vous à la newsletter, envoyez un email
quelconque à adi-subscribe@restitution.be

Pavé

Pavé de mémoire

Toute personne qui le souhaite peut faire placer un pavé de mémoire devant la maison dans laquelle vivait une victime du génocide nazi.
Ce pavé est gravé du nom et du destin de la victime.

Soutenez-nous
Les services de l’ADI sont offerts gracieusement.

Ils ont toutefois un coût.
C’est pourquoi les lecteurs soucieux de garantir la pérennité d’un médias communautaire juif d’information et de libre dialogue sont invités à verser une contribution volontaire sur le compte 063-2604642-33 au nom de ADI.



Les derniers commentaires







    Commentaire    Retour Imprimer

Samedi 27 janvier, sept Pavés de Mémoire aux noms de victimes de la Shoah quitteront Anvers, son bourgmestre hostile à la mémoire et ses religieux intolérants

Lassée d’attendre une réponse du bourgmestre Bart De Wever à la demande d’autorisation de poser à Anvers des Pavés de Mémoire aux noms de ses proches assassinés par les nazis, Evelyn Fine, qui habite aujourd’hui aux États-Unis, a demandé à pouvoir les entreposer au Musée mémorial de l’Holocauste à Washington, en attendant de jours meilleurs. Les 7 Pavés de Mémoire qu’elle a commandé lui seront remis publiquement samedi 27 janvier à 11 heures, dans le hangar d’entrée du Musée Red Star Line, 3 Montevideostraat à Anvers

La date et le lieu sont symboliques. Chaque année, le 27 janvier, date anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz en 1945, l’ONU commémore le souvenir de la Shoah et œuvre à la prévention des génocides. C’est par les navires de la Red Star Line qu’avant la guerre des millions de Juifs ont quitté l’Europe via Anvers, en direction des États-Unis, pour fuir l’antisémitisme et la misère économique qui leur était imposée.

Anvers est la seule ville belge qui refuse toujours les Pavés de Mémoire sur son territoire. Plus de 65000 Pavés de Mémoire aux noms de toutes les victimes du nazisme (donc pas uniquement les victimes de persécutions raciales) sont posés en Allemagne et dans les trottoirs des villes européennes qui ont été occupées par les nazis.

Avec Munich, berceau du nazisme, la métropole flamande dirigée par le petit-fils du secrétaire de la VNV, la ligue nationaliste flamande qui collabora avec l’occupant, fait exception en s’opposant à ce que l’histoire de ses habitants victimes des nazis soient ainsi commémorée. Comme à Munich, le bourgmestre d’Anvers s’appuie sur l’avis des groupes juifs les plus conservateurs qui s’opposent aux Pavés de mémoire pour des raisons religieuses. Il veut imposer à tous - Juifs et Nonjuifs - une loi communautaire juive.

L’Association pour la Mémoire de la Shoah, qui promeut les Pavés de Mémoire en Belgique, considère que Bart De Wever utilise utilise l’avis des Juifs conservateurs pour éviter d’enseigner à tous l’histoire de la collaboration du mouvement nationaliste dont est issu le parti qu’il dirige ainsi que l’histoire de la collaboration de ses prédécesseurs et de la police anversoise qui a procédé elle-même aux rafles de Juifs.

A l’occasion de la remise des pavés à Madame Fine, l’AMS tiendra une conférence de presse.

Les participants seront ensuite invités à se rendre sur les lieux où les pavés de mémoire devraient être posés: Lange Leemstraat, 144 à Anvers pour Anna Rutzki et Nico David Workum et ensuite Velodroomstraat 5 à Berchem pour Chaja Lipszyc, Elias Rutzki, Leja Lipszyc, Zelik Kazan, et Siegfried Rutzki. En ces deux lieux, une cérémonie personnalisée permettra d’évoquer la mémoire de ces victimes anversoises. Des panneaux seront déployés présentant leurs photos et la raison pour laquelle leurs noms ne peuvent encore reposer devant les seuils des maisons d’où ils n’auraient jamais dû être déportés.

17/01/2018    Eric Picard

Il me semble que Münich ait finalement accepté les Stolpersteine... Donc, Antwerpen est Al seule ville au monde à les refuser.

17/01/2018 | 19H46 | Fruchter

Je sououaiterais venir à cette cérémonie. Une indemnité de déplacement est elle prévue ainsi qu'un colation pour les gens comme moi ?

Merci beaucou

 

Viviane

18/01/2018 | 15H43 | Viviane

indemnité

Non Viviane, au contraire: l'AMS a besoin de contributions pour financer ses activités. La cotisation est pour cette raison relativement élevée: 25€ par mois.
Cela correspond à 80 centimes par jour. Les membres de l'association estiment que la mémoire de la Shoah vaut au moins cet effort.

Si vous souhaitez partager un transport, veuiller contacter le sécrétariat de l'association au 02 3475065.

22/01/2018 | 01H20 | Eric Picard

Munich

La municipalité de Munich est la seule grande ville allemande à s'opposer à ce que les Stolpersteine soient placés dans les trottoirs. Les militants de la mémoire ont décider de contourner cela en posant temporairemment des pavés dans des jardins privés. 

Cette solution n'est pas complètement satisfaisante: elle ne rencontre pas le sens de ces pavés qui consiste à rappeler les noms des victimes du nazisme au sein de l'espace public parce qu'elles ont été vistime d'un crime politique, effectué par des institutions publique et non par des pesronnes privées.

22/01/2018 | 01H24 | Eric Picard

Je trouve indécent d'imposer le montant de la participation.

Payer 25 euros alors que ma pension est de 687 euros est impossible. Je vis seul, je dois pouvoir me loger (36 mètres carrés au 3ème étage sans assenseur, me soigner, manger, payer les taxes communales, mes sacs poubelles (1 par semaine), aller une ou deux fois par semaine au cibercafé car je ne peux pas acheter un ordinateur ni payer une connexion internet

Un peu de compréhension svpl

 

Merci pour tout ce que vous faites

 

Viviane

23/01/2018 | 20H02 | Viviane

 répondre publier un nouveau commentaire


religion

 

Bonjour Marcel et Éric.

 Je me suis informé des raisons du refus d'Anvers des pavés de la Mémoire.

Il en ressort les réponses suivantes:  Les Juifs religieux n'ont pas le droit de marcher sur les noms, en plus les chiens qui marcheraient dessus (C'est lié a le religion)

Personnellement et pas pour des raisons religieuses je ne marcherais pas sur des noms.

Dire que les gens évitent de marcher dessus, certains probablement que oui, mais surement pas tous.

Je pense qu'il faut donner a chacun le choix du mode de Mémoire et du placement.

Mes amitiés.

Georges.

 

 

23/01/2018 | 16H13 | Georges Brandstatter

LE REFUS DE LA POSE DES PAVES DE MEMOIRE A ANTWERPEN !

Bonsoir Georges,

A Antwerpen (Anvers),l'administration refuse tout dialogue avec notre association et appuie son reus du scellement de ces pavés uniquement en se référant à un avis négatif du Joodse Forum qui nous explique que la ville les consulte sur cette initiative citoyenne et donc,c'est à la ville de prendre ses responsabilités,la ville étant propriétaire des trottoirs. Si la ville s'attache à ce refus suite à cette consultation qui n'a pas lieu d'être,elle s'enferme dans le communautarisme,cette plaie dans nos sociétés.

24/01/2018 | 22H37 | Meyer Zalc

Je propose une autre demarche:

Placer des pavés de la mémoire ou sous une autre forme mais visible au public contre la façade de la maison ou habitaient la ou les  victimes.

Un exemple:

Pour mémoire; dans la maison rue Marinistraat no 7 a Antwerpen, ou habitaient Mala Zimetbaum et sa famille se trouve une plaque a la Mémoire de Mala Zimetbaum, cette plaque a été inaugurée en 1947, elle est a ce jour toujours présente.

Georges Brandstatter

 

25/01/2018 | 07H59 | Georges Brandstatter

 répondre publier un nouveau commentaire


Shabbat

Les "religieux" d'Anvers auront difficile de participer à votre réunion le jour du Shabbat.

24/01/2018 | 20H22 | P Kornfeld

Pourquoi ? Vos pieds ne vous permettent pas de vous y rendre ?

25/01/2018 | 12H06 | Arié

 répondre publier un nouveau commentaire


Liens