AGENCE DIASPORIQUE D’INFORMATION

Abonnez-vous à la newsletter, envoyez un email
quelconque à adi-subscribe@restitution.be

Pavé

Pavé de mémoire

Toute personne qui le souhaite peut faire placer un pavé de mémoire devant la maison dans laquelle vivait une victime du génocide nazi.
Ce pavé est gravé du nom et du destin de la victime.

Soutenez-nous
Les services de l’ADI sont offerts gracieusement.

Ils ont toutefois un coût.
C’est pourquoi les lecteurs soucieux de garantir la pérennité d’un médias communautaire juif d’information et de libre dialogue sont invités à verser une contribution volontaire sur le compte 063-2604642-33 au nom de ADI.



Agenda

 Nysenholc expose à la Communauté Wallonie-Bruxelles

12h30 à 14h00 le 26/04/2018

Les derniers commentaires







    Commentaire    Retour Imprimer

Des Juifs américains engagés avec Martin Luther King dans la lutte pour les droits civils des noirs

Martin Luther King Jr. a été assassiné il y a précisément 50 ans; le 4 avril en 1968, à l’âge de 39 ans. Parmi les blancs participant au mouvement dirigé par M L King, les Juifs ont joué un rôle disproportionné. Plus d’un tiers des jeunes Nordistes blancs qui ont participé à l’Eté de la liberté en 1964 étaient Juifs, et de nombreux rabbins et dirigeants de la communauté juive américaine ont participé et ont été arrêtés dans les efforts de déségrégation. Le Civil Rights Act de 1964 et le Voting Rights Act de 1965 ont été écrits au Religious Action Center of Reform Judaism de Washington, et les philanthropes juifs ont joué un rôle crucial en soutenant les organisateurs du mouvement.

Dès le début du XXème siècle, l’engagement organisé de militants Juifs en faveur des droits civils était important. Parmi eux: Henry Moscowitz, né en Roumanie et immigré aux Etats-Unis à 3 ans. Il faisait partie d’un petit comité qui a lancé l’Association for the Advancement of Colored People (NAACP) et un appel à l’action dès 1909, avec le rabbin Emil G. Hirsch, Julius Rosenwald, le rabbin Stephen Wise, Lillian Wald et Ida Wells-Barnett. Fondé dans une atmosphère de ségrégation légale, de lynchage généralisé et de membres du Ku Klux Klan qui dépassaient les quatre millions, le NAACP a été une force critique tout au long du XXe siècle pour rallier la conscience antiraciste et forcer les tribunaux à appliquer la Constitution pour remédier à l’oppression des Noirs américains et d’autres peuples minoritaires. Les Juifs étaient parmi les leaders et les bailleurs de fonds de l’organisation pendant des décennies.

Martin Luther King luttait aussi contre l'antisémitisme et l'antisionisme trop souvent professé par des militants antiracistes et anticolonialistes. Il avait déclaré : "La paix pour Israël signifie la sécurité, et nous devons soutenir de toutes nos forces son droit à exister, son intégrité territoriale. Je vois Israël, et n’hésite pas à le dire, comme l’un des plus grands avant-postes de la démocratie dans le monde, et un exemple merveilleux de ce qui peut être fait, de comment une terre désertique peut être transformée en un oasis de fraternité et de démocratie. La paix pour Israël signifie la sécurité, et cette sécurité doit être une réalité.

La figure de l'étranger prend en cette période de l'année, à Pessa'h, un relief particulier. "Si un étranger vient séjourner avec vous dans votre pays, vous ne l'opprimerez point.Vous traiterez l'étranger en séjour parmi vous comme un indigène du milieu de vous; vous l'aimerez comme vous-mêmes, car vous avez été étrangers dans le pays d’Égypte."(D'après Jewish Currents et JForum) 

04/04/2018    EP

Liens