ADI :Les historiens recommandent l'autorisation des Pavés de Mémoire à Anvers

AGENCE DIASPORIQUE D’INFORMATION

Abonnez-vous à la newsletter, envoyez un email
quelconque à adi-subscribe@restitution.be

Pavé

Pavé de mémoire

Toute personne qui le souhaite peut faire placer un pavé de mémoire devant la maison dans laquelle vivait une victime du génocide nazi.
Ce pavé est gravé du nom et du destin de la victime.

Soutenez-nous
Les services de l’ADI sont offerts gracieusement.

Ils ont toutefois un coût.
C’est pourquoi les lecteurs soucieux de garantir la pérennité d’un médias communautaire juif d’information et de libre dialogue sont invités à verser une contribution volontaire sur le compte 063-2604642-33 au nom de ADI.



Les derniers commentaires







    Commentaire    Retour Imprimer

Les historiens recommandent l'autorisation des Pavés de Mémoire à Anvers

 :pave_de_memoire.jpg Sollicité depuis plusieurs années par l'Association pour la Mémoire de la Shoah afin qu'il autorise la pose de Pavés de Mémoire à Anvers, le bourgmestre Bart De Wever a été confronté à l'opposition à ce monument mémoriel transnational manifestée par un courant religieux juif orthodoxe réuni au sein du Forum der Joodse Organisaties. Pour se dépétrer de la situation ainsi créée et afin de ne pas donner l'impression de soumettre tous les anversois à une règle religieuse observée par un groupe particulier, le 23 juin 2017 le Collège des Bourgmestre et Echevins de la métropole avait sollicité l'avis d'un collège d'historiens.

Ce collège vient de remettre son rapport:  pdf Adviesrapport. Adviesraad stad Antwerpen. Herdenking van de Tweede Wereldoorlog  Les historiens se prononcent en faveur des demandes de l'AMS. Ils recommandent la liberté mémorielle et par conséquent l'autorisation, pour ceux qui le souhaitent, d'honorer la mémoire des victimes du nazisme, y compris des Juifs, lesquels ont été persécutés, raflés et déportés avec la complicité d'administrations belges et la participation active de la police d'Anvers.

L'AMS se félicite que la voie soit ainsi ouverte à la normalisation de la situation à Anvers en matière de mémoire de la Shoah. En effet, Actuellement la métropole flamande partage avec Munich la particularité d'être les seules villes européennes importantes dans lesquelles ces pavés ne sont pas autorisés.

L'AMS, qui a adressé un courrier au Bourgmestre De Wever le 15 mai dernier, souhaite qu'il se fonde sans plus tarder sur cet avis pour soulager l'attente des promoteurs - souvent des descendants de victimes de la Shoah ainsi que des familles de résistants - des 24 Pavés de Mémoire déjà commandés.

Extrait du rapport (avril 2018) du comite mémoriel sur la seconde guerre mondiale à Anvers (Traduction AMS)  
7 lignes sont consacrées aux « Pierres d’achoppement » dans ce rapport de 10 pages.
En page 5 avec un * en bas de page et petits caractères pour prescrire en 13 lignes la procédure de placement.
 

Traduction en français :  Stolpersteine : Pavés de Mémoire 

« Le comité d’avis se prononce pour autoriser l’initiative de souvenir privée comme un complément local au monument central recommandé. La pose de Pavés de Mémoire est une initiative de caractère Européen avec un large retentissement dans de nombreux pays. Ces initiatives - satellites sont en phase avec la vision globale de la mémoire de la Seconde Guerre Mondiale. Elles incluent le nom des victimes de la violence nazie - Juifs et autres - et sont posées à l’endroit où les victimes vivaient *

Etant donné que ces pavés de mémoire sont des initiatives privées, le comité d’avis souligne les points suivants.

La ville se soucie d’une communication transparente sur la procédure décrite ci-dessous pour placer des Pavés de Mémoire:

- Le demandeur requiert directement le pavé auprès de l’artiste et satisfait aux conditions imposées par lui. Voir WWW.STOLPERSTEINE.EU

Pour l’artiste les conditions suivantes doivent être satisfaites : 
o le demandeur doit avoir reçu l’autorisation des autorités locales pour poser la pierre. 
o Le demandeur doit tout mettre en œuvre pour informer les descendants et recevoir l’autorisation de placement  
o Les habitants actuels de la maison devant laquelle la pierre est placée doivent être tenus informés. 
o Autant que possible le demandeur implique les enfants scolarisés du placement de la pierre-La ville s’organise pour fournir l’autorisation au demandeur

Le demandeur assume l’entièreté du coût financier de cette initiative privée     

-L’examen de la demande s’exécute via un organisme (de la ville ?) qui sert en outre comme interlocuteur central unique. La ville investit dans le dialogue afin que l’initiative des Stolpersteine fasse l’objet d’un large consensus. La collaboration avec les associations de quartier est à cet égard appropriée »

02/06/2018    AMS-VHS

Bonjour,

Bravo pour cette avancée. Il faudra bien que ces religieux dogmatiques cèdent. Anvers est un enjeu capital.

03/06/2018 | 08H33 | Kalisz

 répondre publier un nouveau commentaire


Liens