AGENCE DIASPORIQUE D’INFORMATION

Abonnez-vous à la newsletter, envoyez un email
quelconque à adi-subscribe@restitution.be

Pavé

Pavé de mémoire

Toute personne qui le souhaite peut faire placer un pavé de mémoire devant la maison dans laquelle vivait une victime du génocide nazi.
Ce pavé est gravé du nom et du destin de la victime.

Soutenez-nous
Les services de l’ADI sont offerts gracieusement.

Ils ont toutefois un coût.
C’est pourquoi les lecteurs soucieux de garantir la pérennité d’un médias communautaire juif d’information et de libre dialogue sont invités à verser une contribution volontaire sur le compte BE79 0632 6046 4233 au nom de ADI.

 



Les derniers commentaires







    Commentaire    Retour Imprimer

Anvers autorise enfin les Pavés de Mémoire

Suite aux initiatives multipiées depuis 7 ans par l'Association pour la Mémoire de la Shoah (AMS), la ville d’Anvers a enfin décidé de faire droit aux souhaits de ceux qui veulent poser des Pavés de mémoire. Un formulaire d'inscription a été mis en ligne par l'administration communale de la métropole.

Pour l'AMS, il s'agit d'une importante victoire de la liberté mémorielle.

L’AMS va immédiatement introduire les demandes nécessaires aux poses dans le meilleur délai des 27 Pavés en attente et se déclare prête à aider ceux qui le souhaitent afin qu’il puissent faire aboutir les démarches nécessaires aux poses d’autres Pavés (s'inscrire ici).

Enfin, l’AMS va contacter l’administration communale anversoise afin d’organiser avec elle les cérémonies officielles d’inauguration des Pavés à poser comme de ceux qu'elle a déjà placé sans autorisation, en impliquant les écoles et le tissu associatif local en sorte que la dimension politique du crime contre l’humanité perpétré par les nazis et leurs collaborateurs locaux soit connue et clairement condamnée.

Depuis plus de 10 ans l’Association pour la Mémoire de la Shoah lutte pour la liberté de commémoration de la mémoire des victimes du nazisme en Belgique. Une seule ville du Royaume s’arcboutait derrière des prétextes fallacieux pour ne pas même répondre à des dizaines de demandes de pose de Pavés de Mémoire. Et ce sous 2 législatures communales avec des coalitions différentes au pouvoir à l’Hotel de ville d’Anvers .Tant pour des victimes juives que pour des résistants.

L’AMS se félicite de la décision du collège des bougmestre et échevins anversois prise sous la présidence de Bart De Wever le 6 juillet 2018 . En 3 articles, le procès verbal suit l’avis de la commission mémorielle nommée le 23 juin 2017, remis le 4 mai 2018 et approuvé par le collège le 23 juin 2018.

Le 27 janvier 2018, l’AMS avait augmenté la pression en organisant une conférence de presse à Anvers pour que Madame Evelyn Fine, de Boston, puisse emmener provisoirement les 7 Pavés qu'elle voulait faire placer ses proches assassinés au Musée Mémorial de l'Holocaust, à Washington. Madame Fine va pouvoir les ramener en Belgique.

Une pétition bilingue pour la liberté de commémoration avait recueilli près de 8.000 signatures, et abouti directement dans la boîte mail de Bart De Wever.

Le dimanche 11 février 2018 une équipe de l’AMS et l’artiste Gunter Demnig ,dans un geste citoyen de désobéissance civile, scellaient sans autorisation deux pavés de mémoire devant deux maisons anversoises, celui d’un « enfant » caché à Izieu et gazé à 6 ans à Auschwitz et celui de la mère du résistant: David Marka Szyfer. Les autorités de la ville respectèrent ce partage de mémoire et des dizaines d’articles dans les médias francophones et néerlandophones saluèrent cette audace. Y compris De Standaard qui offrit une pleine page au recteur de l’Université d’Anvers Herman Van Goethem - membre de la commission mémorielle - pour y exprimer son incompréhension devant l’attitude de « non-autorisation » des autorités! Les médias et les réseaux sociaux se passionnèrent pour la question des « Pavés de Mémoire « alors que leur pose en Wallonie à Bruxelles et en Flandre continuait.

Le dimanche 3 juin 2018 à 11H30 à Anvers: pose émouvante d’un 3ème Pavé de Mémoire . Celui-ci en souvenir de Maja Leja Susskind Gutgold par sa fille Toby Weber Susskind (91 ans). Extrait du discours de Marcel-Meyer Zalc, président de l’Association pour la Mémoire de la Shoah "Si vous le voulez , ce ne sera pas un rêve ! Vous aussi Mme. Suskind, vous l’avez rêvé et souhaité de toutes vos forces depuis si longtemps et aujourd’hui, face au pavé qui vient d’être scellé au nom de votre maman, c’est votre rêve que vous avez réalisé ! »

Willem Kennis, l’arrière petit neveu du résistant Jan De Ridder va pouvoir enfin poser son pavé à Deurne.

17/07/2018    AMS-VHS

Cher Michel,

Je suis ravi d’apprendre cette bonne nouvelle.

Les Pavés de Mémoire se posent dans bien des cas devant l’ancien domicile de la personne honorée .

À Uccle j’en ai inauguré chaussée d’Alsemberg il y a quelques années.

Quand l’immeuble n’est plus existant je suis tout disposé à faire étudier la possibilité de mettre des Pavés de Mémoire dans les chemins du Parc de Wolvendael à Uccle ce qui attireraient l’attention des enfants qui découvriraient un pavé « doré » et permettraient aux parents de leur expliquer la signification.

Encore mes félicitations pour votre dévouement à tous et toutes pour cette « noble » démarche et bien à vous.

Eric C. Sax
Echevin d’Uccle
Seniors-Espaces Verts-Parascolaire
Conseiller police

+32 (0) 495 26 82 20

18/07/2018 | 07H41 | Eric Sax

 répondre publier un nouveau commentaire


Pavés de la Mémoire

Bravo à vous tous pour cette belle victoire et merci aussi pour votre perseverance au sujet des Pavés de la mémoire!

Toute notre amitié

Thérèse Szerman et Philippe Lachman

18/07/2018 | 12H34 | Lachman Philippe

 répondre publier un nouveau commentaire


erratum

Bonjour,
Bravo pour votre victoire contre l’intolérance incompréhensible des «notables» de la communauté juive d’Anvers qui se sont opposées et s’opposent toujours, par des arguments fallacieux, à cette forme «populaire» de mémoire.
Dommage la pose des «stolpersteinen» ait été interdite par un bourgmestre socialiste (avec lequel j’ai polémiqué à leur propos) et que ceux-ci soient autorisés par son successeur qui est tout hormis un démocrate tel que les survivants l’imaginaient et l’espéraient.
Je suis très heureux d’avoir été accidentellement un des deux premiers protagonistes «illégaux» dont le pavé à la mémoire de ma maman assassinée à Auschwitz ait pu être posé (Stoomstraat).
Par contre, je ne suis pas l’ancien résistant comme décrit dans votre communiqué (ça c’est mon frère Rik, Mensch 2003 du CCLJ, aujourd’hui décédé) mais je suis seulement un ancien enfant juif caché et je vous prie, et remercie, de vouloir bien publier un erratum.

Avec mes plus vives amitiés.

18/07/2018 | 17H02 | Marka (david) SYFER

 répondre publier un nouveau commentaire


Cher Marcel et Eric

Tous mes remerciements pour tout le travail effectués pour les pierres
Je serai en Belgique au mois d’octobre
Amitiés

18/07/2018 | 17H03 | Michel Lempel

 répondre publier un nouveau commentaire


Liens