AGENCE DIASPORIQUE D’INFORMATION

Abonnez-vous à la newsletter, envoyez un email
quelconque à adi-subscribe@restitution.be

Pavé

Pavé de mémoire

Toute personne qui le souhaite peut faire placer un pavé de mémoire devant la maison dans laquelle vivait une victime du génocide nazi.
Ce pavé est gravé du nom et du destin de la victime.

Soutenez-nous
Les services de l’ADI sont offerts gracieusement.

Ils ont toutefois un coût.
C’est pourquoi les lecteurs soucieux de garantir la pérennité d’un médias communautaire juif d’information et de libre dialogue sont invités à verser une contribution volontaire sur le compte BE79 0632 6046 4233 au nom de ADI.

 



Les derniers commentaires







    Commentaire    Retour Imprimer

Anvers: Revenus d'asile en Amérique, 7 Pavés en mémoire de la famille Rutzki – Lipszyc – Workum seront placés à Anvers

 :20190501_paveaanvers.jpg Ce 2 mai 2019, jour de Yom Hashoah, 7 nouveaux Pavés de Mémoire seront posés à Anvers C'est l'aboutissement presque final d'une longue histoire. La ville d'Anvers - ses édiles nationalistes flamandes - avait du mal avec l'histoire de la collaboration, avec la mémoire du génocide des Juifs auquel tant de leurs ancêtres ont collaboré. 

Depuis plus de 10 ans l’Association pour la Mémoire de la Shoah (AMS) lutte pour la liberté de commémoration de la mémoire des victimes du nazisme en Belgique. Longtemps Anvers a été seule ville du royaume à s’arcbouter derrière des prétextes fallacieux pour ne pas même répondre aux dizaines de demandes de pose de Pavés de Mémoire que l'AMS lui adressait.

En 2015, Evelyn Fine, une dame juive d'origine anversoise résidant aux Etats-Unis, a commandé à l'AMS 7 Pavés de Mémoire, en hommage aux membres anversois de sa famille, assassinés par les nazis. 

Le 27 janvier 2018, voyant que Bart De Wever (N-VA), bourgmestre d'Anvers s'opposait aux poses de ces Pavés et ne répondait même pas aux lettres qui lui étaient envoyées à ce sujet, l'AMS organisait  une conférence de presse à Anvers, pour attirer l'attention du public sur cette situation de blocage. A cette occasion les 7 Pavés commandés furent remis à Mme Fine. Elle les a embarqués vers les Etats-Unis - une terre d'asile historique pour les Juifs persécutés en Europe - en vue de les confier temporairement au Musée Mémorial de l’Holocauste à Washington.

 

Le dimanche 11 février 2018 une équipe de l’AMS et l’artiste Gunter Demnig, posèrent un acte de désobéissance civile: ils scellèrent sans autorisation 2 premiers Pavés de Mémoire devant deux maisons anversoises, celui d’un « enfant » ayant été caché à Izieu puis raflé et gazé à 6 ans à Auschwitz, et celui de la mère du résistant: David Marka Szyfer.

Le dimanche 3 juin 2018 à 11H30 à Anvers: un 3ème Pavé de Mémoire fut posé, toujours clandestinement, en souvenir de Maja Leja Susskind Gutgold . Ce Pavé avait été commandé à l'AMS par sa fille Toby Weber Susskind (91 ans).

Le 6 juillet 2018 enfin, le collège communal anversois cédait partiellement à la demande de l'AMS en autorisant la pose des Pavés de Mémoire. Toutefois, la ville imposait une procédure stricte, limitante, considérant que la Mémoire de la Shoah relève de la sphère privée (!). Par conséquent, à la différence toujours des autres villes belges, Anvers refuse de demander aux ouvriers communaux d'effectuer le travail matériel nécessaire à ces poses et refuse de les inaugurer officiellement.

Or, l'AMS tient à ce que les Pavés de mémoire soient l'occasion d'un travail pédagogique et politique. Pour ce faire, l'association mémorielle demande aux autorités communales concernées de les inaugurer officiellement, au cours d'une cérémonie durant laquelle elles sont invitées à prendre position par rapport aux crimes nazis alors que les élèves d'écoles, dument préparés, participent en présentant un travail qu'ils ont réalisés à ce sujet.

Bart De Wever n’a jamais répondu directement aux demandes de l’AMS. Il s'est toujours refusé à recevoir les familles des victimes et Gunter Demnig, l’artiste qui a posé plus de 75.000 Stolpersteine en Europe et dont le projet mémoriel se diffuse jusqu’en Argentine.

Pour l’AMS, une pose de Pavés de Mémoire va bien au-delà d’un rassemblement familial émouvant où l’on peut enfin avoir un lieu pour se recueillir. Il en va de même pour les commémorations et l’enseignement de la Shoah, ils ne sont pas destinés à la communauté juive mais à l’ensemble de l’humanité. Un crime de génocide n’est pas une affaire privée! Tant qu’il sera considéré comme tel, toutes les minorités seront en danger.

 :20190501_soeursarutzki.jpegCe 2 mai 2019, jour de Yom Hashoah, 7 nouveaux Pavés de mémoire seront donc posés à Anvers.

La famille Rutzki, Chaya Lipszyc et son mari Elias Rutzki, leurs 2 enfants Anna Rutzki et Siegfried Rutzki ainsi que le mari d’Anna, Nico David Workum ont tous été arrêtés dans la nuit du 3 au 4 septembre 1943, pendant l’action Iltis qui ciblait les Juifs belges et leurs biens.

Leja Lipszyc, sœur de Chaya, vivait avec son fils Zelik Kagan dans la maison de sa sœur. A la différence des autres membres de la famille, Leja n’était pas belge. Convoquée à se présenter à la Kazerne Dossin dès le 12 août 1942 pour le prétendu « travail obligatoire à l’est », elle a été déportée le 15 août.

Son fils Zelik, né en 1924 avait été envoyé en France par les nazis pour la construction du mur de l’Atlantique, organisation Todt. Le 29 octobre 1942 son nom a été ajouté à la liste des déportés afin de contribuer aux quotas belges imposés par les nazis.

Ils ont tous été assassinés à Auschwitz.

 :20190501_rutzkiaanna.jpegAnna Rutzki née à Anvers en 1920 était une pianiste virtuose qui donnait des concerts à l’âge de 11 ans. Elle a obtenu de nombreux prix dont le grand prix du Conservatoire Royal Flamand de musique d’Anvers. Marie Thérèse Buyssens lui a consacré une biographie.

Un « Prix Annie Rutzki » a été créé après la guerre par sa sœur Berthe Nunez, qui avait fui la Belgique en mai 1940 vers le Canada. Pour que le nom et la mémoire de sa sœur ne soient pas oubliés, Berthe Rutzki – Nunez a créé le prix Annie Rutzki, avec son mari, pour encourager les jeunes musiciens talentueux, dont Mr De Beenhouwer en 1977. Ce dernier a joué un scherzo composé par Annie Rutzki qui avait été adapté pour le carillon et joué par Jo Haazen sur le carillon de la cathédrale d’Anvers.

Les descendants de la famille qui vivent aux Etats-Unis et au Canada seront présents le 2 mai 2019 pour la pose des pavés qu’ils ont commandés en 2015:

Evelyn Fine promotrice des Pavés de mémoire, fille de Isaac Fine, lui-même fils de Chaya Lipszyc.
Claire Nunez, fille de Berthe Nunez (sœur de Annie Rutzki) et sa fille Nicole.
Des descendants de la famille portugaise, des Justes qui ont sauvé Berthe Rutzki.

Programme de la matinée du 2 mai

9:15 à 10h : réception de la famille des victimes et des membres de l’AMS par la direction du Conservatoire Royal d’Anvers, Desguinlei 25, 2018 Antwerpen
10:15 à 11h : Pause café au Grand café de Single et rencontre informelle avec la famille. h
11:30h pose des Pavés Velodroomstraat 5, par Willem Kenis;
présentation des victimes par les membres de la famille.
12h : pose des Pavés Lange Leemstraat, 144 par Willem Kenis
présentation des victimes par les membres de la famille.
13h réception par la Bourgmestre du district de Berchem, 2600 Berchem (Anvers) Grote Steenweg 150
Intervenants :
- Evi Van der Planken (N-VA), districtsburgemeester
- Herman Van Goethem, Doyen de l’Université d’Anvers, auteur de "1942: Het jaar van de stilte"
- Marcel Zalc Président, Association pour la Mémoire de la Shoa

01/05/2019    AMS-VHS

Liens