AGENCE DIASPORIQUE D’INFORMATION

Abonnez-vous à la newsletter, envoyez un email
quelconque à adi-subscribe@restitution.be

Pavé

Pavé de mémoire

Toute personne qui le souhaite peut faire placer un pavé de mémoire devant la maison dans laquelle vivait une victime du génocide nazi.
Ce pavé est gravé du nom et du destin de la victime.

Soutenez-nous
Les services de l’ADI sont offerts gracieusement.

Ils ont toutefois un coût.
C’est pourquoi les lecteurs soucieux de garantir la pérennité d’un médias communautaire juif d’information et de libre dialogue sont invités à verser une contribution volontaire sur le compte BE79 0632 6046 4233 au nom de ADI.

 



Les derniers commentaires







    Commentaire    Retour Imprimer

Victimes du nazisme; 19 pavés de mémoire seront posés à Etterbeek, Ixelles et Anderlecht ce jeudi 17 octobre

Jeudi 17 octobre 2019, 19 nouveaux pavés de mémoires seront posés à Etterbeek, Ixelles et Anderlecht. La Fondation Auschwitz est promotrice de 10 de ces pavés aux noms de jeunes résistants fusillés au Tir National. Ce seront au total 96 pavés de mémoire qui auront ainsi été posés à Bruxelles et en Wallonie aux noms des fusillés du Tir National, dans le cadre d'un projet mémoriel soutenu par la chancellerie du premier ministre.
Les 9 autres pavés ont été promus par des proches ou des descendants des victimes.
De courtes cérémonies d'hommmages seront organisées, auxquelles participeront les élèves des écoles Nos enfants, de l'Ecole en mouvement, de l'Ecole n°5 des étangs d'Ixelles, du CEFA d'Ixelles-Schaerbeek, de l'école professionnelle Edmond Peeters et de l'Athénée Royale Jean Absil.
Les bourgmestres d'Ixelles et d'Etterbeek, Christos Doulkéridis et Vincent De Wolf, prendront la parole.

Le programme, auquel chacun est invité à assisté, est le suivant:

9h30  Rue de Ramskapelle 14 - 1040 Etterbeek; en hommage à Omer Vandeuren.

Omer Vandeuren est né à Jumet le 19 juillet 1914. Il est père de deux garçons, et travaille en tant qu’Inspecteur à la Police Judiciaire de Bruxelles. Au sein de la Résistance, il mène des activités d'espionnage en récoltant et transmettant des renseignements. Il participe également à des transports d'armes et d'explosifs. Il est arrêté par la Sicherheitspolizei le 30 novembre 1942 pour avoir dressé des listes noires de personnes se trouvant en relation avec des Allemands. D’abord incarcéré à la prison militaire de Saint-Gilles, il est transféré, le 7 janvier, au camp de concentration de Breendonk où il est fusillé, sur ordre du gouverneur militaire allemand, le 13 janvier 1943, avec 19 autres otages, « à titre de mesure d'expiation pour les attentats perpétrés le 5 et le 8 janvier 1943 à Bruxelles contre des ressortissants de l'armée allemande (assassinats de 4 soldats allemands), pour de nouveaux meurtres commis à Bruxelles au 8 janvier 1943, et pour l'attentat perpétré le même soir contre la ligne de chemin de fer entre Louvain et Aerschot ».

10h Rue Général Fivé 8 - 1040 Etterbeek; en hommage à Emile Vanlerberghe. Les élèvesde l'Athénée Royal Jean Absil du professeur d'histoire Devleeschower à liront la biographie:

Emile Van Lerberghe est né à Saint-Gilles le 13 août 1901. Il s’est marié en 1928 avec Anna Spinoy, et était employé à la Société Française de Banque et de Dépôts sis rue Royale, 72, à Bruxelles. Il appartenait au mouvement de résistance « Tégal » pour lequel il effectuait des missions de récoltes et de transmissions de renseignements. Il a été arrêté par la Gestapo le 15 septembre 1942 pour « renseignements au profit de l'ennemi ». Il a été incarcéré à la prison militaire de Saint-Gilles. Condamné à mort, il a été fusillé au Tir National à Schaerbeek le 12 octobre 1943.

10h30 Rue Albert Meurice 15 - 1040 Etterbeek; en hommage à Albert Meurice. Présence de Claudine et Jeannine Meurice, la fille d’Albert Meurice (83 ans), et de ses proches. Discours du bourgmestre Vincent De Wolf en présence de membres de l’administration communale.

Albert Meurice est né à Saint-Gilles le 15 septembre 1904. Marié avec Céline Van Den Hauwaert, née à Gand le 14 avril 1905, elle lui donnera deux filles, Jeannine, née en 1930, et Claudine, née en 1936. Il travaillera comme employé électricien à la commune d'Etterbeek. Au sein de la Résistance, il a fait partie du Mouvement National Belge (MNB) et du Service Marc. Il a travaillé à l’impression et à la diffusion de tracts et de plusieurs journaux clandestins tels « La Légion Noire », « L'Insoumis », « La Voix des Belges », « La Libre Belgique » et « Résistance ». Il récoltera et transmettra également des renseignements.
Il est arrêté à son domicile, au 15 rue du Parvis à Etterbeek, par la Gestapo, le 12 août 1943, et incarcéré au camp de concentration de Breendonk jusqu'à son exécution, en tant qu’otage, par fusillade, le 7 mars 1944. Il a été condamné à mort pour avoir été «un collaborateur du chef d'un groupe de terroristes, pour s'être livré au recrutement pour une organisation terroriste, et pour avoir transporté des armes». Le 6 mars 1944, le général von Falkenhausen écrit une lettre à l'OFK 672 de Bruxelles expliquant qu'à titre de représailles pour un cas de sabotage, il est d'accord de faire fusiller les 15 terroristes nommés sur la liste présentée à titre de mesure d'expiation pour l’attentat perpétré le 4 mars 1944 contre un SS allemand. Il a reçu, à titre posthume, la médaille « Freedom » accompagnée d'un certificat de gratitude anglais pour les services qu'il a rendus aux Forces Alliées.

11h Rue Goffart 72 - 1050 Ixelles; en hommage à Bruno Weingast. Les élèves des professeurs Michel  et Messina des 5ème et 6ème technique agent d’éducation du CEFA Ixelles-Schaerbeek présenteront un travail sur le devoir de mémoire réalisé, dans le cadre du cours de sciences humaines et de français. Une ou deux classes de l'Ecole Professionnelle Edmond Peeters seront présentes. Discours du bourgmestre Christos Doulkéridis et présence de membres de l'administration communale.

Bruno Weingast est né à Skala (Pologne) le 28 mars 1912. Célibataire, il exerçait la profession de chimiste. Actif au sein de l'Armée Belge des Partisans.
Il a été arrêté le 6 juillet 1943 par l'occupant nazi, en tant que fonctionnaire et espion communiste responsable des fournitures et de la distribution de matériel et de biens nécessaires à différents groupes communistes actifs dans la résistance. Il a été interné au camp de concentration de Breendonk et fusillé en tant qu’otage le 26 février 1944 avec 19 autres condamnés : «Le Gouverneur militaire donne son accord de faire fusiller 20 terroristes communistes en représailles pour l'attentat par explosifs commis contre le domicile du chef de la SD Elhers et contre la Police Centrale de Bruxelles. A titre de représailles également pour l'attentat commis contre le corps de garde du service du SS Grüppefhurer Jungclaus rue Villain XIV».

11h30 Rue Limauge 19 - 1050 Ixelles; en hommage à Jean Bontemps. Une ou deux classes de secondaire de l'Ecole Professionnelle Edmond Peeters seront présentes.

Jean Bontemps est né à Etterbeek le 26 février 1901. Il était l’époux de Germaine Thomas avec qui ils eurent trois enfants, Simonne (5/2/1928), Ferdinand (26/5/1929) et Georgette (6/6/1935). Il exerçait la profession d’électricien. Il a travaillé avec des résistants du Mouvement National Belge - Groupe D - et du Service Marc. Dans les activités de résistance, il effectuait des sabotages et était chauffeur lors d’actions.
Arrêté en juillet 1943, il a été condamné le 27 novembre 1943, avec 28 autres, par la Dienstelle des Beaufragten des chef der Sicherheispolizei und des SD, comme otage en tant que terroriste, à être fusillé «pour mesure expiatoire d’actes de violence non encore éclaircis commis ces derniers mois contre des membres et institutions de l’armée allemande, mais spécialement pour les nombreux actes de violence commis contre des membres d’organisation d’ordre nouveau, contre des organisations de circulation et des habitants sans défense». Il a été fusillé à Breendonk le 30 novembre 1943 et inhumé au Tir national (tombe 126, rangée VII).

12h Rue Gray 125 - 1050 Ixelles; en hommage à Achille Hottia. Une ou deux classes de secondaire de l'Ecole Professionnelle Edmond Peeters seront présentes.

Achille Hottia est né à Schaerbeek le 15 septembre 1921. Il travaillait comme mécanicien chez Bouvery, rue Américaine, à Ixelles. Son père est décédé peu après la déclaration de guerre. Célibataire, il habitait avec sa mère, Louise Léautaud, au 125 rue Gray à Ixelles. Il a toutefois eu un second logement, au 30 rue Maes, qui servait de boîte aux lettres pour ses activités dans la résistance. En mai 1940, il a rejoint volontairement l'Angleterre et le corps d'armée formé de ressortissants belges. Il a été parachuté en Belgique en janvier 1942 en ayant pour mission de retrouver des agents précédemment parachutés, leur matériel, leurs documents et l'argent qu'ils transportaient. Ses recherches l’on amené à collaborer avec d’autres résistants, Valère Passelec, puis Gillis, afin de reprendre les émissions radios et les contacts avec l'Angleterre.
Il a été arrêté le 24 avril 1943 par la Feldgendarmerie au motif d’«Aide à l'ennemi et non livraison d'armes». Il a été incarcéré dans les locaux de la gendarmerie, puis transféré à la prison militaire de Saint-Gilles le 21 mai 1943 où il restera jusqu'à son exécution au Tir National à Schaerbeek le 30 septembre 1943, où il a été inhumé (tombe 85 rangée V).

12h30 Rue Alphonse de Witte 58 -1050 Ixelles; en hommage à Raoul Claeys. En présence d'une cinquantaine d’enfants de 5e et 6e primaire de l’école n°5 (étangs d’Ixelles) ainsi qu’une classe de 12 élèves de l’école en mouvement seront présents.

Raoul Claeys est né à Ostende le 1er avril 1903. Son père et son frère aîné sont morts au combat pendant la guerre 1914-1918. Il divorce en 1941 de Magdalena Van Hoorebeeke avec qui il a eu quatre fils, et épouse le 8 septembre 1943 Gabrielle Hauwaerts, avec qui aura une fille. Il est représentant de commerce pour les Etablissements Phillips et Pain à Bruxelles. Il est très proche de sa mère, Blanche Bourlard, chez qui il séjourne alors que sa résidence est surveillée par l'occupant. Membre du Service de renseignements « Zéro », il distribue en grand nombre La Libre Belgique clandestine vers de plus petits distributeurs depuis janvier 1941.
Il est arrêté à Ixelles le 2 août 1942 par l'occupant aux motifs de distribution de tracts anti-allemands et de possession d'armes. Il placé en détention à la prison de Rheinbach (dans la région de Cologne) puis à la prison de Saint-Gilles à Bruxelles. Il avait été condamné à 8 ans de travaux forcés par l'OFK 672 mais fut ensuite condamné à mort et fusillé le 13 octobre 1943.

 

 

14h30 Avenue Brillat-Savarin 92 - 1050 Ixelles; en hommage à Marguerite Nicholls. Participation des élèves de 5ème et 6ème primaire de l'école Nos Enfants et de leur institutrice Madame Nadia Viejo Zapica. Ce pavé sera posé par l'AMS, à l'initiative et en présence de la famille.

Marguerite Nicholls de nationalité suédoise est née à Wavre le 6 mars 1911.
Elle a été arrêtée à Bruxelles le 2 février 1944 pour ses activités de résistance à partir du 01 décembre 1941. Elle a été incarcérée à la prison de Saint-Gilles du 02 février 1944 au 29 août 1944, puis déportée à Ravensbrück où elle a été assassinée en 1945.

15h Rue Émile Claus 39 - 1050 Ixelles; en hommage à André Louis. Participation des élèves de 5ème et 6ème primaire de l'école Nos Enfants et de leur institutrice Madame Nadia Viejo Zapica. 

André Louis est né à Hévillers (Brabant wallon) le 15 juillet 1907. Marié à Maria Neys, née le 2 mars 1906 à Bierbeek, il exerçait la profession d’Agent de police. Ils eurent une fille, Liliane, née à Ixelles le 6 juillet 1930. Il fit partie du Front de l'Indépendance ainsi que du service de renseignements et d'actions « Zéro ».
Il a été arrêté à Ixelles le 28 septembre 1942 aux motifs de propagandiste pour le Front de l’Indépendance dirigé par les communistes, de responsable de groupes terroristes, de responsable des armes à feu et des munitions pour ces groupes, et pour possession de révolver. Il a été incarcéré à la prison militaire de Saint-Gilles, et transféré, le 2 octobre 1942, au camp de concentration de Breendonk. Condamné à mort, il a été fusillé le 13 janvier 1943 en tant qu’otage, avec 19 autres condamnés, par mesures de représailles pour les nouveaux meurtres commis à Bruxelles au 8 janvier 1943 et pour l'attentat contre la ligne de chemin de fer entre Louvain et Aarschot.

15h30 Avenue Molière 162 - 1050 Ixelles; en hommage à Arthur Hellmann. Participation des élèves de 5ème et 6ème primaire de l'école Nos Enfants et de leur institutrice Madame Nadia Viejo Zapica.

Arthur Hellmann est né à Berlin le 26 mai 1906. Il était marié à Emilia Blumenthal et exerçait la profession de tailleur. Impliqué dans la Résistance, il a participé à une attaque afin d'empêcher un transfert d'Israélites raflés par l'occupant, et a organisé l'attaque à main armée contre l'hôpital de Tirlemont qui a permis à plusieurs résistants de s'évader.
Il a été arrêté le 2 juin 1943 au motif d’attaques à main armée, et incarcéré à la prison de Malines puis au camp de concentration de Breendonk. Condamné à mort, il y a été fusillé le 26 février 1944. Son corps repose au Tir National à Schaerbeek (tombe 193 rangée X).

16h Rue Docteur Meersman 45 - 1070 Anderlecht; en hommage à Joseph Sadowski, Ida Brawerman et Dounia Sadowski. Thyl Van Gyzegem petit-fils et arrière petit-fils des victimes, représentera la famille. Ce pavé a été commandé par la Fondation Auschwitz en dehors du projet tir national.

Joseph Sadowski est Juif, né en Russie en 1892.
Il est arrêté à Bruxelles le 22/06/1944, détenu à Malines d’où il est déporté vers Auschwitz où il est assassiné.

Ida Brawerman, née en Russie en 1898.
Elle est arrêtée comme résistante et juive le 22 juin 1944, détenue à Malines d’où elle est déportée à Auschwitz et assassinée à Ravensbruck.

Dounia Sadowski est Juive, née en 1920 à Molenbeek.
Elle est arrêtée le 14 décembre 1943, détenue à Malines et libérée le 14 février 1943 suite à l’initiative de la Reine Elisabeth.

16h30 Rue Brogniez 172 - 1070 Anderlecht; en hommage à Minna Friedmann-Steinitz. Ce pavé sera posé par l'AMS, à l'initiative de la famille.

Minna Friedmann-Steinitz est Juive, née en Pologne en 1905.
Elle est arrêtée et détenue à Malines le 15 octobre 1942, déportée à Auschwitz le 24 octobre 1942 où elle est assassinée.

17h Rue Lieutenant Liedel 16 - 1070 Anderlecht; en hommage à Aron Kupferminc, Chawa Laja Kupfermine-Ajzenfisz, Hilda Kupferminc, Lajbus Kupferminc et Sara Kupferminc. Ces pavés seront posés par l'AMS, à l'initiative de la famille.

Aron Kupferminc est Juif, né en 1912 en Pologne.
Il est arrêté le 7 avril 1943, détenu à Malines, déporté à Auschwitz le 19 avril 1943. Il a survécu à la déportation.

Chaja Laja Kupferminc est Juive, née en Pologne en 1914.
Elle est arrêtée le 7 avril 1943 à Bruxelles, détenue à Malines, déportée le 19 avril 1943 à Auschwitz où elle est assassinée.

Hilda Kupferminc est Juive, née en Belgique en 1939.
Elle est arrêtée le 7 avril 1943 à Bruxelles, détenue à Malines, déportée le 19 avril 1943 à Auschwitz où elle est assassinée à l’âge de 4 ans.

Lajbus Kupferminc est Juif, né en Pologne en 1889
Il est arrêté le 7 avril 1943 à Bruxelles, détenu à Malines, déporté le 19 avril 1943 à Auschwitz où il est assassiné.

Sara Kupferminc est Juive, née en 1889 en Pologne.
Arrêtée le 7 avril 1943 à Bruxelles, détenue à Malines, déportée le 19 avril 1943 à Auschwitz où elle est assassinée.

 

 

15/10/2019    AMS-VHS

Liens