AGENCE DIASPORIQUE D’INFORMATION

Abonnez-vous à la newsletter, envoyez un email
quelconque à adi-subscribe@restitution.be

Pavé

Pavé de mémoire

Toute personne qui le souhaite peut faire placer un pavé de mémoire devant la maison dans laquelle vivait une victime du nazisme.
Ce pavé est gravé du nom et du destin de la victime.

Soutenez-nous
Les services de l’ADI sont offerts gracieusement.

Ils ont toutefois un coût.
C’est pourquoi les lecteurs soucieux de garantir la pérennité d’un médias communautaire juif d’information et de libre dialogue sont invités à verser une contribution volontaire sur le compte BE79 0632 6046 4233 au nom de ADI.



Les derniers commentaires







    Commentaire    Retour Imprimer

Liège : des élèves du centre scolaire S2J commémorent une famille victime de la Shoah

A Liège, le centre scolaire S2J, l’Association pour la Mémoire de la Shoah, Territoires de la Mémoire et la Fondation Auschwitz s’associent pour placer et inaugurer publiquement des Pavés de la Mémoire aux noms de David Frydman, de son épouse Hena Frydman-Kierkowski et de leurs enfants Frajdla, Szajndla et Charles victimes de l’antisémitisme nazi.
Le rendez-vous ouvert à tout public est fixé vendredi 24 janvier à 13h, au Centre Scolaire Libre S2J, 14 rue Général Bertrand, à Liège. C’est là que débuteront les cérémonies d’hommage à la famille Frydman-Kierkowski dont tous les membres, à l’exception de Frajdla, ont été assassinés dans les camps. Les partenaires du projet rappelleront, notamment aux élèves, l’importance de la mémoire de la Shoah et de la lutte contre le racisme et contre l’antisémitisme.

David Frydman et Hena Kierkowski, Juifs natifs de Pologne (Czestochowa et Przyrow) émigrèrent à Liège en 1929, à Tilleur puis à Glain, où le chef de famille exerça comme coiffeur. En 1942, lors de la déportation des Juifs d’Europe, la famille comptait trois enfants âgés de 14, 12 et 9 ans. Ils habitaient au 164 rue Saint Marguerite.

Le nom et l’adresse de David Frydman, le père de famille, avait été docilement livré par l’administration communale de Liège à l’occupant nazi, lequel l’a déporté pour travailler à l’érection du mur de l’atlantique au camp de Dannes-Camier, avant de l’envoyer à Auschwitz par le XI convoi.
Son épouse Hena Frydman-Kierkowski et ses 2 enfants cadets, Szajndla - 12 ans et Charles - 9 ans, ont été arrêtés à leur domicile le 11 septembre 1942, alors que Frajdla, l’ainée âgée de 14 ans avait été cachée chez des voisins. Conduits au « centre de transit » installé dans la caserne Dossin à Malines, ils en seront déportés dès le lendemain par le IX convoi vers Auschwitz, où ils furent assassinés.
Frajdla sera arrêtée, vraisemblablement sur dénonciation, un an plus tard, le 21 novembre 1943. Elle sera déportée à Auschwitz par le XXIII convoi du 15 janvier 1944, où son père avait été également déporté entretemps. Frajdla survivra à un an de camp et à la marche de la mort, alors que son père y succombera à la fin de la guerre.

C’est à leur adresse, 14 rue Général Bertrand, située à deux cents mètres de l’école, non loin de la gare des bus TEC empruntée quotidiennement par plusieurs centaines d’élèves, que les 5 Pavés de Mémoire seront inaugurés. Le choix de ces victimes a été murement réfléchi par les promoteurs de ces pavés : trois enseignants du Centre Scolaire Libre S2J. Il vise à ancrer le plus possible le travail de mémoire dans le quartier et le quotidien de leurs élèves.

Des élèves adolescents ont préparé l’inauguration à laquelle ils participeront activement. Lecture sera faite de plusieurs textes de référence (Albert Niemöller, Charlotte Delbo). Les parcours des vies des cinq membres de la famille Frydman seront rappelés. L’événement s’inscrit ici dans une démarche mémorielle profonde et intense dont la préparation pédagogique commencée il y a un an, a conduit les élèves ces douze à rencontrer des témoins de l’époque (Simon Gronowski et Paul Sobol); à se rendre à Malines au Musée Dossin Kazern comme au Fort de Breendonk et à préparer activement un voyage à venir de 4 jours en Pologne (Cracovie, Plaszow et Auschwitz-Birkenau) prévu durant le congé pascal d’avril 2020. Le fait que les élèves du Centre Scolaire Libre S2J soient issus de cultures, de langues maternelles et de confessions différentes, donne une force et une profondeur particulière au projet.

Les Pavés de la Mémoire offrent aux professeurs et aux élèves l’opportunité de s’investir dans une démarche mémorielle au cœur même de leur ville, dans le quartier qu’ils habitent et/ou fréquentent l’école. Ils permettent de dépasser le stade de l’abstraction (le nombre de victimes) en mettant un nom, un visage, un parcours de vie sur des destins précis et concrets. Ils rappellent la foi de ses promoteurs en une société multiculturelle, respectueuse de tous quelle que soit sa différence, sa singularité, sa richesse. Ils s’inscrivent enfin dans une série d’actions visant à dénoncer et à lutter contre le retour en force de l’antisémitisme et conte toute forme de racisme et d’exclusion.

Contact presse: Harold SCHUITEN
ams@restitution.be
Chaussée de Waterloo, 632
1050 Ixelles
Tél. 02 347 50 65 et 0493 98 34 23

22/01/2020    AMS-VHS

Liens