AGENCE DIASPORIQUE D’INFORMATION

Abonnez-vous à la newsletter, envoyez un email
quelconque à adi-subscribe@restitution.be

Pavé

Pavé de mémoire

Toute personne qui le souhaite peut faire placer un pavé de mémoire devant la maison dans laquelle vivait une victime du nazisme.
Ce pavé est gravé du nom et du destin de la victime.

Soutenez-nous
Les services de l’ADI sont offerts gracieusement.

Ils ont toutefois un coût.
C’est pourquoi les lecteurs soucieux de garantir la pérennité d’un médias communautaire juif d’information et de libre dialogue sont invités à verser une contribution volontaire sur le compte BE79 0632 6046 4233 au nom de ADI.



Les derniers commentaires







    Commentaire    Retour Imprimer

''Un exemple pour les générations futures''; Gronowski défend le projet d'honorer son ami Tinel, fils de nazi

Le projet commun de l’ULB et de la VUB de décerner un diplôme conjoint de Docteur Honoris Causa (DHC) à Simon Gronowski et à Koenraad Tinel suscite questions au sein de la communauté juive. La tragédie de l’un va-t-elle ainsi être assimilée à celle de l’autre? N’est-ce pas une forme de révisionnisme? Est-il toujours impossible en Flandre d’évoquer le génocide des Juifs sans dissoudre le propos en y associant un drame flamand? Ou Chinois? Ou palestinien?

L'Association pour la Mémoire de la Shoah a questionné Simon Gronowski au sujet de son ami Tinel: ce dernier s’est-il activement engagé pour dénoncer les idées d’extrême droite ? A t-il jamais condamné l’engagement nazi du nationalisme flamand ? S’est-il indigné de la compromission de l’église catholique avec ce mouvement criminel ? L’a-t-on jamais entendu blâmer la revendication d’amnistie longtemps portée par les flamingants ?
La réaction du futur docteur est une fin de non recevoir. Il considère ces questions comme "inutilement tendancieuses, pour le moins inappropriées, voire grossières; (...)et précise qu'il n'a de compte à rendre " à personne".

Par contre interrogé par Jan Hertogen, point de contact de l’AMS pour les struikelstenen en Flandre, Simon Gronowski livre son point de vue:

Cher Jan,
Je voudrais t’éclairer au sujet de mon amitié avec Koenraad Tinel.

Comme tu sais, nous allons recevoir tous deux ensemble le titre de Docteur Honoris Causa de la VUB et de l’ULB. La cérémonie est fixée au 18 mars à 19u30 au Théâtre royal de la Monnaie. Je t’y invite; Je vais essayer de t’envoyer un mail officiel mais tu peux t’inscrire sur le site de la VUB.

Koen avait 6 ans quand Hitler a attaqué la Belgique et n’est pas responsable des idées de son père. Son père n’a jamais exprimé le moindre regret de ses actes et a mis le poids de sa culpabilité sur les épaules de son fils. Koen a vécu toute sa vie avec le sentiment que tout le monde l’accusait de faire partie de cette famille et donc d’être le complice de ses crimes. Il s’en est révolté et libéré (avant de me connaître) dans un livre (Scheisseimer) où courageusement et sincèrement il dévoile le passé noir de sa famille et rejette l’idéologie de son père.

En 2012, un garçon de 16 ans, que nous ne connaissions pas mais qui connaissait nos deux histoires, nous a réunis. Koen m’a dit: "quand j’ai lu votre histoire, j’ai pleuré".
Je lui ai dit alors une chose toute simple, évidente, élémentaire: "Les enfants des nazis ne sont pas coupables". Ce fut pour lui une révélation extraordinaire, d’autant plus qu’elle venait d’une victime des nazis. Notre amitié était née.

Notre peine n’est pas comparable mais je comprends la sienne. Maintenant Koen est plus qu’un ami, il est mon frère. C’est cette amitié qui est célébrée par les deux universités, comme "un symbole puissant d’espoir, de fraternité et de paix, un exemple pour les générations futures".

Amitiés,
Simon.

Enfumage mémoriel Dans Regards, sous le titre "On n'est pas au bout du Tinel", Joël Kotek considère que la remise d'un diplôme conjoint de DHC à Gronowski et à Tinel participe d'un "enfumage mémoriel". Pour l'historien "ces deux gaillards ne manqueront pas d’être présentés, sinon perçus, comme deux victimes de la Seconde Guerre mondiale, le premier de la Shoah, le second de la… répression à l’égard des inciviques". Kotek y voit une stratégie pour relativiser la collaboration génocidaire des nationalistes flamands: "les crimes commis envers les Juifs, notamment avec l’appui de la police d’Anvers, n’en restent pas moins en travers de la gorge de la-Noble-Cause-nationaliste, d’où précisément ces transgressions qui constituent autant de stratégies d’évitement. Car à bien y regarder, l’idée première est bien de relativiser à tout prix la Shoah et ce, tantôt en péjorant l’image des Juifs (et/ou sionistes), tantôt en améliorant celle des collaborateurs".

De leur coté le CCLJ, l'Enfant Caché, l'Union des Résistants et des Déportés Juifs de Belgique, le Groupe Mémoire, la famille Jospa, la député régionale Viviane Teitelbaum (MR) ainsi que les professeurs Guy Haarscher et Claude Javeau ont également signé une lettre commune adressée à Simon Gronowski à ce sujet. Nous ignorons actuellement sa réponse.

09/03/2020    La rédaction

Dénonciation de l’incivisme ou de sa répression?

.Alors, est-ce que Koenrad Tinel s’est "révolté et libéré dans un livre (Scheisseimer) où courageusement et sincèrement il dévoile le passé noir de sa famille et rejette l’idéologie de son père." comme le dit Simon Gronowski?

Ou bien est-ce seulement une plainte sur "la répression à l’égard des inciviques", comme le pense Joël Kotek?

N’ayant pas lu le livre, ni vu le spectacle de Tinel, je ne sais quoi en penser.

Qui l’a lu?.


10/03/2020 | 23H08 | Marc Reisinger

 répondre publier un nouveau commentaire


Comment, Simon, en es-tu arrivé là ?

.Comment mettre sur un même plan le traumatisme des (trop peu d’) enfants juifs cachés survivants et l’éventuel mal-être, réel ou fantasmé, des enfants de nazis, victimes collatérales de agissements criminels leurs géniteurs ? Que tu te choisisses un ami, c’est ton droit, que tu l’affubles du nom de "frère", c’est ta décision privée. Mais comparer les 6 millions de Juifs (dont ta famille et la mienne) victimes d’un génocide unique dans l’histoire du monde aux quelques centaines, voire milliers d’enfants (parmi eux, ton "frère" TINEL) en mal de respectabilité est une impardonnable offense faite à nos morts. Le respect et l’admiration que tu as suscités jusqu’ici dans la communauté juive sont désormais, par l’argumentation que tu avances, ruinés. J’en suis triste pour toi. Bien sûr, parce que je suis policé, je prendrai ta main si nous nous rencontrions et débattrai avec toi mais jamais plus tu ne seras pour moi l’ami que j’ai admiré et respecté. Par ailleurs, comment une honorable institution comme la VUB, désormais accompagnée, semble-t-il, par la respectable ULB, peut-elle décerner le titre de Dr Honoris Causa à TINEL ? Parce qu’il se révolte contre ses parents ? Mais dans ce cas, la moitié de l’humanité devrait être honorée de la même manière...
.


11/03/2020 | 11H09 | Marka SYFER

 répondre publier un nouveau commentaire


Liens