AGENCE DIASPORIQUE D’INFORMATION

Abonnez-vous à la newsletter, envoyez un email
quelconque à adi-subscribe@restitution.be

Pavé

Pavé de mémoire

Toute personne qui le souhaite peut faire placer un pavé de mémoire devant la maison dans laquelle vivait une victime du nazisme.
Ce pavé est gravé du nom et du destin de la victime.

Soutenez-nous
Les services de l’ADI sont offerts gracieusement.

Ils ont toutefois un coût.
C’est pourquoi les lecteurs soucieux de garantir la pérennité d’un médias communautaire juif d’information et de libre dialogue sont invités à verser une contribution volontaire sur le compte BE79 0632 6046 4233 au nom de ADI.



Les derniers commentaires







    Commentaire    Retour Imprimer

Rencontre entre l'AMS et la rectrice de la VUB au sujet du projet d'honorer Tinel et Gronowski

Suite à la demande faite à la VUB et à l’ULB par l’Association pour la Mémoire de la Shoah que ces universités bruxelloises renoncent à attribuer le 18 mars prochain un titre de docteur honoris causa (DHC) à Koenraad Tinel, fils de nazi, Marcel Zalc, président de l’AMS et Eric Picard, son administrateur délégué, ont été reçus lundi 9 mars par Caroline Pauwels, rectrice de la VUB.

La rencontre a été bien entendu cordiale et il ressort des propos de Madame Pauwels que la VUB n’aurait pas attribué de diplôme de DHC au seul Koenraad Tinel, sans y associer Simon Gronowski et l’ULB. Toutefois, la VUB ne cherche pas à placer sur le même plan les souffrances des Juifs victimes de la Shoah et celles des enfants de collaborateurs. Pour la rectrice, en parlant publiquement de la collaboration active de membres de sa famille avec l’occupant nazi, même sans condamner fermement leur engagement, Koenraad Tinel a créé un important précédent en Flandre. Le silence sur cette période y est encore la règle générale. Pour cette révélation, Tinel a subi d’importantes pressions hostiles, y compris au sein de sa propre famille.

Madame Pauwels estime que la situation en région flamande est préoccupante : des discours xénophobes et antisémites du type de ceux propagés par le Vlaams Belang y sont populaires et cette situation s’observe également à la VUB. Elle constate qu'il n’y a quasiment plus d’étudiants Juifs à la VUB, en sorte que les étudiants Nonjuifs n’y ont guère l’occasion de rencontrer des condisciples dont la famille a été directement atteinte lors du génocide perpétré en Belgique. Les étudiants ignorent souvent l’histoire de la collaboration belge et flamande durant la dernière guerre. En tant qu’artiste, Tinel touche l’émotion des gens, et particulièrement celle des plus jeunes.

À l’occasion de son 50e anniversaire, la VUB tient à poser des actes symboliques rappelant son attachement à la rencontre des différentes cultures et aux luttes communes pour la liberté. En y associant d’autres universités, la rectrice de la VUB prévoit de mettre sur pieds un programme de sensibilisation à l’histoire de la collaboration en Flandre. Elle envisage de rechercher des cours sur ce thème, ainsi que des interventions artistiques, y compris les interventions théâtrales.

Marcel Zalc a exposé combien ce DHC à un fils de nazi serait blessant et incompréhensible pour de nombreux Juifs. Il a souligné qu'à l'époque où Tinel apprenait le piano avec une professeur juive dont il regrettera la disparition brutale sans qu'elle lui fut expliquée, lui-même apprenait à se cacher et à faire silence, dans une cave, alors que sa famille était arrêtée, maltraitée et destinée à être déportée à Auschwitz via la Kazerne Dossin à Malines.

Aucune des parties n'a convaincu l'autre de changer d'avis. L'entrevue s'est clôturée sur une demande de la rectrice à l'AMS que l'association mémorielle lui indique quel message elle souhaite faire passer lors de la remise du titre honorifique prévu.

Marcel Zalc et Eric Picard sont ressortis glacés de ce qu'ils avaient entendu, constatant la sensibilité juive si peu prise en compte et mesurant à l'inquiétude de la rectrice l'état de dégradation avancée des valeurs démocratiques et antiracistes parmi la jeunesse flamande. Tant au Musée-Mémorial Kazerne Dossin à Malines qu'à la VUB, la reconnaissance par les responsables de ces grandes institutions flamandes de la spécificité du judéocide et par conséquent de la souffrance de ses victimes et de leurs descendants, ne semble pas aujourd'hui de nature à les détourner de projets éducatifs et politiques visant surtout leurs compatriotes Nonjuifs.

Pour l'AMS, la situation qu'ils déclarent vouloir combattre, avec montée des idées d'extrême droite racistes et antisémites, témoigne de l'échec de l'enseignement actuel de l'histoire du nationalisme flamand et de sa collaboration avec l'occupant nazi durant la guerre, y compris comme supplétif de la persécution et de la déportation des Juifs de Belgique. En se focalisant systématiquement sur l'horreur finale d'Auschwitz et sur les diverses atteintes aux droits humains dans le monde et dans l'histoire, notre pays évite d'enseigner la lâcheté, la méchanceté, le racisme et l'antisémitisme  qui furent ceux de nombreux belges comme des institutions de l'Etat, permettant ainsi la prolongation depuis la libération d'un silence honteux et dangereux au sein des familles de collaborateurs, au sein des écoles et des administrations publiques.

Le président Marcel Zalc a déclaré " La spécificité du judéocide commis en Belgique, avec la complicité de l'Etat belge et l'engagement pro-nazi du mouvement nationaliste flamand et du mouvement rexiste wallon doit être reconnue et la souffrance des victimes et de leurs descendants doit être respectée. Je souhaite que les autorités académiques de la VUB et de l'ULB comprennent qu'honorer d'un titre conjoint de docteur honoris causa un rescapé de la Shoah et un fils de nazi produirait ce qu'il déclarent vouloir combattre: l'assimilation de la souffrance de l'un à celle de l'autre, la confusion dans les esprits et la perpétuation de l'ignorance dangereuse de l'histoire criminelle du pays envers les Juifs. J'invite chacun, j'invite les partis politiques et j'invite les associations sensibles à la cause antiraciste et démocratique à témoigner de leur indignation et à prendre toute initiative de nature à éviter la réalisation de ce projet scandaleux. J'invite les autorités académiques à trouver une issue honorable à cette situation et déclare que l'AMS sera disponible pour contribuer à le mise en oeuvre de programmes éducatifs en direction de leurs étudiants".

11/03/2020    AMS-VHS

Liens