AGENCE DIASPORIQUE D’INFORMATION

Abonnez-vous à la newsletter, envoyez un email
quelconque à adi-subscribe@restitution.be

Pavé

Pavé de mémoire

Toute personne qui le souhaite peut faire placer un pavé de mémoire devant la maison dans laquelle vivait une victime du génocide nazi.
Ce pavé est gravé du nom et du destin de la victime.

Soutenez-nous
Les services de l’ADI sont offerts gracieusement.

Ils ont toutefois un coût.
C’est pourquoi les lecteurs soucieux de garantir la pérennité d’un médias communautaire juif d’information et de libre dialogue sont invités à verser une contribution volontaire sur le compte BE79 0632 6046 4233 au nom de ADI.

 


Les derniers commentaires







La commémoration de la libération des Juifs de Belgique se tiendra dimanche 1er septembre à Bruxelles. L’Association pour la Mémoire de la Shoah, organisatrice de cet évènement, souhaite y associer des habitants de toutes origines. A cette fin, l’AMS organisera du 19 au 23 août un stage-atelier d’enquête radiophonique destiné aux jeunes de 10 à 18 ans.

Après une sensibilisation organisée en collaboration avec le Musée Juif et une initiation aux techniques d’interview, d’enregistrement et de portraits, les jeunes recueilleront des témoignages relatifs à la libération de Bruxelles auprès des habitants des Marolles, parmi les plus âgé.

Un montage sonore et visuel sera réalisé et présenté lors de la commémoration le 1er septembre.

Qui: 12 jeunes de 10 à 18 ans
Quand: du lundi 19 au vendredi 23 août 2019, de 10 à 16 heures
: Bruxelles
Combien: stage gratuit; 150 € seront octroyés à chaque participant au titre de défraiement.
Inscription pour le 12 août au plus tard auprès de Cécilia Wanekem : au 0498/403218 ou cecilia@restitution.be.

Le 31/07/2019  AMS-VHSLire la suite et commenter   0


 :20190725_affiche.jpg"La libération n’a pas été la même pour tous", tel est le message principal que l’Association pour la Mémoire de la Shoah (AMS) entend diffuser lors d’une commémoration des 75 ans de la libération des Juifs de Belgique qui se tiendra le 1er septembre à Bruxelles.

Alors que l’ensemble des citoyens fêtaient le départ des envahisseurs allemands, les Juifs qui avaient tous été menacés de mort sortaient de leurs cachettes clandestines et leur joie se melait de frayeur et de tristesse au fur et à mesure de la découverte de l’ampleur des dégats. Tous avaient été spoliés, volés et plus de 46% des Juifs de Belgique avaient été déportés et assassinés. L’Etat belge, en la protection duquel il avaient pourtant cru, s'était fait complice de ce génocide. Les familles étaient décimées et les institutions communautaires juives largement détruites.

Alors que la majorité de la population belge ne s’était pas opposée à la politique docile des autorités du pays devenues complices des spoliations et déportations, quelques citoyen·ne·s avaient fait acte de résistance et d’humanité en cachant des Juifs.

Jusqu’à présent l’Etat belge ne les a pas reconnus spécifiquement, laissant ce soin à Israël qui, depuis 1953, les honore du titre de "Juste parmi les nations". Seulement 1751 belges ont pu être ainsi honorés et leurs noms sont gravés dans le mur des Justes du mémorial Yad Vashem à Jérusalem. 

L’AMS tient à ce que soit rendu un hommage particulier aux Justes de Belgique, en Belgique.
C’est pourquoi, lors de la cérémonie du 1er septembre, l’AMS érigera un "Mur du son" et invite les citoyen·ne·s à y contribuer en participant à la proclamation publique et radiodiffusée des noms et caractéristiques de ces 1751 héros résistants.
Cette proclamation introduira la cérémonie. Elle se fera Square Herschel Grynszpan, sur les lieux même où eu lieu la grande rafle des Marolles le 3 septembre 1942 et où s’érigera prochainement un "Mur des Justes" qui fera durablement connaître à tous ces 1751 noms. 

Dès ce lundi 29 juillet, une bache de 21 msera déployée sur la façade de l’école Charles Gheude, 41 rue des Tanneurs à Bruxelles. Elle annonce la cérémonie du 1er septembre qui se tiendra à cet endroit. Son slogan "La libération n’a pas été la même pour tous" sera vu par les usagers du train voyangeant sur la jonction nord-midi. L'image juxtapose une scène de liesse populaire lors de la libération de Bruxelles à un portrait de détenu d’un camp de concentration, prise à la même époque.

Une conférence de presse se tiendra lundi 29 juillet à 11 heures, 41 rue des Tanneurs. Le visuel de la cérémonie y sera dévoilé. Les modalités de participation active de chacun à la cérémonie du 1er septembre seront communiquées. Cette participation pourra prendre la forme d'une contribution à la lecture publique des noms des Justes ou d'une participation à un atelier de réalisation radiophonique basé sur des témoignages relatifs à la libération recueillis auprès d'habitants du quartier.

Contact presse: Michel Lussan 0479 343634

Le 24/07/2019  AMS-VHSLire la suite et commenter   1


 :20190508_ceges.jpgRENCONTRES D’HISTOIRE PUBLIQUE à la Cinematek , le 16 mai 2019 (17h30 – 19h00) ‘L’histoire d’espoir de la résistante armée Sarah Goldberg’; Projection du film suivie d’un débat en présence de sa réalisatrice, Patricia Niedzwiecki.

 

Pour sa quatrième Rencontre d’Histoire publique, le CegeSoma vous invite, avec la complicité de la Cinematek, à la projection du film de Patricia Niedzwiecki ‘L’histoire d’espoir de la résistante armée Sarah Goldberg’ (6e film de la collection mémorielle ‘Les trous de la mémoire’).

Sarah Goldberg voit le jour à Warta (Pologne) le 1er janvier 1921 et décède à Bruxelles en 2003. Résistante juive de la première heure et rescapée d’Auschwitz Birkenau, elle confie un témoignage émouvant et fort au travers de ce film. Adolescente engagée, elle participe en 1936 aux campagnes de solidarité en faveur des Brigades internationales.

Le 14/05/2019  CEGESOMALire la suite et commenter   0


 :20190508_ceges.jpgEn prévision des activités liées à la commémoration des 75 ans de la libération, le CEGES organisera à Namur le 3 juin prochain une journée "De la Libération à la Victoire : l’histoire locale revisitée". Il s’agit d’échanger avec les militants de l’histoire locale sur " les retombées dans les communes des événements allant de la Libération en septembre 1944 à la victoire définitive contre le nazisme en mai 1945", en vue " de soutenir les efforts développés au niveau local pour enrichir la connaissance des deux guerres mondiales et la transmettre au grand public".

Comme souvent en Belgique - un pays qui a estimé nécessaire de supprimer dès 1983 la journée fériée du 8 mai au cours de laquelle la libération était rappelée à tous - les organisateurs officiels n’ont pas estimé nécessaire d’accorder un quelconque intérêt à l’histoire particulière des Juifs du pays, dont la situation à la libération était pourtant radicalement différente de celle des autres habitants.

Pour soutenir la nécessité de transmettre l'histoire particulière des Juifs lors de la libération du pays et pour la commémorer dignement, des membres de l’Association pour la Mémoire de la Shoah se sont inscrits à cette journée.

L'AMS prépare une cérémonie consacrée aux 75 ans de la libération des Juifs de Belgique, qui se tiendra à Bruxelles le dimanche 1er septembre. Appel est lancé ici à toute personne désireuse de participer au travail de conception ou d'organisation de cette journée  afin qu'ils/elles le fassent savoir à ams@restitution.be

Ci-dessous l'invitation, le programme et les modalités d'inscription à la journée du CEGES:

Le 08/05/2019  AMS-VHSLire la suite et commenter   0


 :20190501_paveaanvers.jpg Ce 2 mai 2019, jour de Yom Hashoah, 7 nouveaux Pavés de Mémoire seront posés à Anvers C'est l'aboutissement presque final d'une longue histoire. La ville d'Anvers - ses édiles nationalistes flamandes - avait du mal avec l'histoire de la collaboration, avec la mémoire du génocide des Juifs auquel tant de leurs ancêtres ont collaboré. 

Depuis plus de 10 ans l’Association pour la Mémoire de la Shoah (AMS) lutte pour la liberté de commémoration de la mémoire des victimes du nazisme en Belgique. Longtemps Anvers a été seule ville du royaume à s’arcbouter derrière des prétextes fallacieux pour ne pas même répondre aux dizaines de demandes de pose de Pavés de Mémoire que l'AMS lui adressait.

En 2015, Evelyn Fine, une dame juive d'origine anversoise résidant aux Etats-Unis, a commandé à l'AMS 7 Pavés de Mémoire, en hommage aux membres anversois de sa famille, assassinés par les nazis. 

Le 27 janvier 2018, voyant que Bart De Wever (N-VA), bourgmestre d'Anvers s'opposait aux poses de ces Pavés et ne répondait même pas aux lettres qui lui étaient envoyées à ce sujet, l'AMS organisait  une conférence de presse à Anvers, pour attirer l'attention du public sur cette situation de blocage. A cette occasion les 7 Pavés commandés furent remis à Mme Fine. Elle les a embarqués vers les Etats-Unis - une terre d'asile historique pour les Juifs persécutés en Europe - en vue de les confier temporairement au Musée Mémorial de l’Holocauste à Washington.

 

Le 01/05/2019  AMS-VHSLire la suite et commenter   0


L’Association pour la Mémoire de la Shoah (AMS) cherche un·e collaborateur·trice à mi-temps, pour 5 mois (mai, juin, juillet, août, septembre) 2019. Il s'agit d'intervenir auprès des habitants des Marolles pour leur expliquer la dimension juive de l’histoire du quartier et les encourager à participer à la commémoration du 75ème anniversaire de la libération des Juifs de Belgique organisée le dimanche 1er septembre 2019. L’intervenant disposera d’un bureau, d’un ordinateur et d’un téléphone pour organiser ces rencontres. Le salaire mensuel brut est de 1050€.

Le/ la candidat·e aura une expérience de travail d’au moins 5 ans dans le milieu éducatif ou socio-culturel auprès des jeunes. Les compétences nécessaires relèvent surtout de l’expérience du/ de la candidat·e à intervenir auprès des jeunes, avoir le sens du contact, une capacité d’écoute, une aisance à s’exprimer et à organiser son discours. Le/la candidat·e aura des connaissances sur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et en particulier sur le génocide juif et l’histoire des Juifs en Belgique. Le/la candidat.e comprend et partage les enjeux de la politique du vivre ensemble. Il ou elle sera disponible en mai, juin, juillet, août et septembre y compris le dimanche 1er septembre.

Le 28/04/2019  AMS-VHSLire la suite et commenter   2


À Arlon, 8 nouveaux Pavés de Mémoire seront posés ce lundi 29 avril par l’Association pour la Mémoire de la Shoah (AMS). A cette date, La Belgique comptera 413 Pavés de Mémoire, placés dans les trottoirs devant les portes des maisons où habitaient des victimes du nazisme, principalement des Juifs visés par la politlque génocidaire du Troisième Reich.

C’est à l’initiative de Jean-Claude Jacob, président de la communauté Israëlite d’Arlon et ministre officiant du culte juif, rélayé par Madame l’échevine Anne-Catherine Goffinet (cdH), que le conseil communal d’Arlon à sponsorisé ces 8 pavés.

La communauté juive d’Arlon possède le plus ancien cimetière juif du pays ainsi que la première synagogue construite en Belgique (1865). On comptait plus de 200 juifs pratiquants à Arlon avant guerre, principalement issus d’Alsace et de Lorraine, ainsi qu’un grand nombre de Juifs allemands réfugiés politiques. Après guerre ils n’étaient plus que 100 et depuis ce nombre n’a cessé de décroitre, en sorte que le culte n’y est plus pratiqué depuis 2014 et que la synagogue, en mauvais état, attend la réunion des subsides nécessaires à sa conservation.

La pose des Pavés de Mémoire sera opérée par les services techniques de l’administration communale.
Des élèves des écoles du Centre, de Schoppach, de l’Institut Notre-Dame, de l’Athnénée et de l’Ecole de Neufchateau participeront activement aux cérémonies, après y avoir été préparés par un travail pédagogique.

Les poses et inaugurations officielles des Pavés de Mémoire débuteront à 10 heures par le discours d’accueil du bourgmestre VincentMagnus (cdH), consacré à la responsabilité de l’administration communale dans la persécution et la déportation des Juifs de Belgique pendant la seconde Guerre mondiale. Philippe Pierret, historien spécialiste de l’histoire des Juifs de Belgique évoquera l’importance de la communauté juive à Arlon avant la 2ème guerre mondiale. Madame Peuckert présentera l’histoire de la communauté Juive pendant et après la guerre. Elle sera suivie par les contributions de messieurs Jean-Claude Jacob, Gerd Klestadt ancien déporté et Marcel Zalc, Président de l’AMS. Ce dernier dévelopera le rôle des Pavés de Mémoire dans la nécessaire lutte contre le retour de l’antisémitisme en Europe.

 
Les pavés de méoire seront posés aux adresses suivantes: 26 Place Hollenfeltz au nom de Ludwig HOFFMAN ; 28 Marché au Beurre au nom de Gisela SCHABES ; 6 avenue Nothomb au nom de Alice CERF; 27 rue Léon Castilhon aux noms de Camille CAHEN et Irma CAHEN;103 Rue des Faubourgs au nom de Michel RUTH et 26 Rue de Neufchâteau aux noms de Lucien BEHR et Julie BEHR. Chaque pose donnera lieu à l’évocation des destins des victimes auxquelles hommage sera rendu, avec témoignages, chants et parfois prières.

Vers 12 heures, une réception de cloture se tiendra dans le hall du Palais.

Une visite guidée de la synagogue, actuellement en travaux, sera possible en petit groupe, sur demande.

Informations: Bella Swiatlowski, AMS: 0476 918036 

Le 25/04/2019  AMS-VHSLire la suite et commenter   0


 :20180717_logoaantwerpen.jpgMardi 5 mars, Gunter Demnig, l’artiste allemand créateur des Stolpersteine (en français Pavés de Mémoire et Struikelstenen en néerlandais) sera à Anvers pour poser 30 pavés aux noms de victimes du nazisme. En hommage à son oeuvre mémorielle, il sera décoré au nom du district de Borgerhout par la districtsburgemeester.

Le programme est le suivant; chacun est invité à y asister:

 

9H Uitbreidingsstraat 564;Berchem
VIGDOR GETZEL HOLLANDER
promoteur Muriel Hollander

9:30H, Generaal Capiaumontstraat 37; Berchem
LACE TENNENBAUM
promoteur Michel Lempel et Betty Fuss

10h Tramplein 2; Berchem
SAMUEL STERN
promoteur Maison d’Izieu

10 :30H Van Luppenstraat 52; Antwerpen
LUCIENNE FRIEDLER
promoteur Maison d’Izieu

Le 28/02/2019  AMS-VHSLire la suite et commenter   0


 :20180717_logoaantwerpen.jpg

Mardi 5 mars prochain, 29 Pavés de Mémoire seront scellés dans les trottoirs d’Anvers, à l’initiative de l’Association pour la Mémoire de la Shoah (AMS). Il aura fallu plus de 7 ans, et de nombreuses pressions, avant que l’administration anversoise n’accorde son autorisation. Dans cette ville flamande où le bourgmestre de l’époque donna ordre à sa police de procéder elle-même aux rafles des Juifs, il reste difficile de rappeler ce passé de collaboration officielle avec l’occupant nazi et de rendre hommage aux victimes.

Gunter Demnig, l’artiste allemand créateur des pavés de mémoire sera à Anvers pour participer personnellement à cet événement. Il posera 7 pavés aux noms d’enfants Juifs anversois ayant été arrêtés à Izieu (France) sur ordre de Klaus Barbie, 4 aux noms de membres de la famille Smietana-Lipschitz, 2 aux noms de membres de la famille Seidman, 4 aux noms de membres de la famille Hollander-Götz, 6 aux noms de membres de la famille Lieberman-Pack, 3 aux noms de membres de la famille Glicksberg et 3 aux noms de membres de la famille Marinower.

Le 21/02/2019  AMS-VHSLire la suite et commenter   1


Le 28 janvier 2019 Nicole Weismann et Eric Picard reçoivent Philippe Sands pour l’émission de l’Association pour la Mémoire de la Shoah, Passeurs de Mémoire de 16h à 17h sur Radio Judaica.

Philippe Sands, l’auteur de Retour à Lemberg, (Albin Michel, 2017) sera à Bruxelles pour participer au spectacle “East West street, a song of good and evil” qui jouera à Bozar le soir même à 20h. Le 29 janvier à 10h Philippe Sands donnera une conférence à l’ULB à 10h “Retour à Lemberg, alors et maintenant”.

Philippe Sands, avocat franco-britannique en droit international est invité en avril 2010 à donner une conférence sur ses travaux concernant le génocide et les crimes contre l’humanité à la faculté de droit de Lvov / Lviv / Lemberg. La même ville de Galicie aujourd’hui en Ukraine, qui change de nom selon les périodes de l’histoire.
Cette invitation est l’occasion pour Philippe Sands d’explorer son histoire familiale, son grand-père est originaire de Lemberg. Il découvre aussi que les inventeurs des concepts de génocide, Raphael Lemkin et de crimes contre l’humanité, Hersch Lauterpacht, juifs tous les deux, ils vont grâce à ces nouveaux concepts révolutionner le droit international à partir du procès de Nuremberg. Ils ont tous les deux été formés dans cette même faculté de droit de Lemberg, par le même professeur.

Cette émission sera l’occasion d’une rencontre avec un passeur de mémoire exceptionnel aux talents multiples.

 

Le 28/01/2019  AMS-VHSLire la suite et commenter   0




info@restitution.be ou via ce formulaire

* * * *

image : *
Recopier le code (en minuscule)

Je vous autorise à m'envoyer des informations sur les activités, évènement, ...

Oui  |   Non

les champs marqués par une * sont obligatoires. Le respect de la vie privée est assuré.

Liens