AGENCE DIASPORIQUE D’INFORMATION

Abonnez-vous à la newsletter, envoyez un email
quelconque à adi-subscribe@restitution.be

Pavé

Pavé de mémoire

Toute personne qui le souhaite peut faire placer un pavé de mémoire devant la maison dans laquelle vivait une victime du génocide nazi.
Ce pavé est gravé du nom et du destin de la victime.

Soutenez-nous
Les services de l’ADI sont offerts gracieusement.

Ils ont toutefois un coût.
C’est pourquoi les lecteurs soucieux de garantir la pérennité d’un médias communautaire juif d’information et de libre dialogue sont invités à verser une contribution volontaire sur le compte BE79 0632 6046 4233 au nom de ADI.

 


Les derniers commentaires







 :20180717_logoaantwerpen.jpg

Mardi 5 mars prochain, 29 Pavés de Mémoire seront scellés dans les trottoirs d’Anvers, à l’initiative de l’Association pour la Mémoire de la Shoah (AMS). Il aura fallu plus de 7 ans, et de nombreuses pressions, avant que l’administration anversoise n’accorde son autorisation. Dans cette ville flamande où le bourgmestre de l’époque donna ordre à sa police de procéder elle-même aux rafles des Juifs, il reste difficile de rappeler ce passé de collaboration officielle avec l’occupant nazi et de rendre hommage aux victimes.

Gunter Demnig, l’artiste allemand créateur des pavés de mémoire sera à Anvers pour participer personnellement à cet événement. Il posera 7 pavés aux noms d’enfants Juifs anversois ayant été arrêtés à Izieu (France) sur ordre de Klaus Barbie, 4 aux noms de membres de la famille Smietana-Lipschitz, 2 aux noms de membres de la famille Seidman, 4 aux noms de membres de la famille Hollander-Götz, 6 aux noms de membres de la famille Lieberman-Pack, 3 aux noms de membres de la famille Glicksberg et 3 aux noms de membres de la famille Marinower.

Le 21/02/2019  AMS-VHSLire la suite et commenter   0


Le 28 janvier 2019 Nicole Weismann et Eric Picard reçoivent Philippe Sands pour l’émission de l’Association pour la Mémoire de la Shoah, Passeurs de Mémoire de 16h à 17h sur Radio Judaica.

Philippe Sands, l’auteur de Retour à Lemberg, (Albin Michel, 2017) sera à Bruxelles pour participer au spectacle “East West street, a song of good and evil” qui jouera à Bozar le soir même à 20h. Le 29 janvier à 10h Philippe Sands donnera une conférence à l’ULB à 10h “Retour à Lemberg, alors et maintenant”.

Philippe Sands, avocat franco-britannique en droit international est invité en avril 2010 à donner une conférence sur ses travaux concernant le génocide et les crimes contre l’humanité à la faculté de droit de Lvov / Lviv / Lemberg. La même ville de Galicie aujourd’hui en Ukraine, qui change de nom selon les périodes de l’histoire.
Cette invitation est l’occasion pour Philippe Sands d’explorer son histoire familiale, son grand-père est originaire de Lemberg. Il découvre aussi que les inventeurs des concepts de génocide, Raphael Lemkin et de crimes contre l’humanité, Hersch Lauterpacht, juifs tous les deux, ils vont grâce à ces nouveaux concepts révolutionner le droit international à partir du procès de Nuremberg. Ils ont tous les deux été formés dans cette même faculté de droit de Lemberg, par le même professeur.

Cette émission sera l’occasion d’une rencontre avec un passeur de mémoire exceptionnel aux talents multiples.

 

Le 28/01/2019  AMS-VHSLire la suite et commenter   0


Rendre régulièrement hommage aux victimes du nazisme dont les noms sont inscrits sur les Pavés de mémoire du voisinage, c'est ce que font chaque année le 27 janvier de nombreux allemands à l'occasion de la Journée internationale à la mémoire des victimes de la Shoah. Cette journée de commémoration a été instituée à l’initiative des ministres de l’Éducation des États membres du Conseil de l’Europe et suivie par l’Organisation des Nations-Unies est célébrée chaque année à la date d’anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz.

Ce dimanche 27 janvier une action similaire se déroulera en Belgique.

L’Association pour la Mémoire de la Shoah, à l'origine de la pose de 409 pavés en Belgique, invite chacun à participer à leur nettoyage.

Citoyens, mouvements de jeunesse, associations de quartier, responsables politiques, au travail! Si vous avez localisé des Pavés de mémoire faites les faire briller! Le Sidol disponible dans le commerce est un produit d'entretien adapté au laiton dont ces pavés sont recouverts.

Dans trois communes bruxelloises, l'AMS organise des parcours “Hommage et entretien de la mémoire”. Rendez-vous est fixé dimanche 27 janvier à 14 heures à Bruxelles (Square Herschel Grynszpan), à Anderlecht (devant le Mémorial national aux Martyrs juifs, 59 rue des Goujons) et à Saint-Gilles (devant les pavés Kichka 29 rue Coenraets).

Pour connaitre les emplacements de Pavés de mémoire, pour s'inscrire ou pour toute information
contactez Nicole Weismann au 02 347 50 65 ou par mail ams@restitution.be

Le 23/01/2019  Lire la suite et commenter   0


La brigade des papiers raconte l’histoire d’un groupe de 40 Juifs, poètes, écrivains et intellectuels qui, durant l’occupation nazie de Vilna (Vilnius aujourd’hui) en Lituanie, ont risqué leur vie pour sauver de la destruction des collections des bibliothèques juives et autres de la ville, de Pologne, de Biélorussie et de Russie. En 1939, Vilnius est la « Jérusalem de l’Est » épicentre de la culture ashkénaze avec plus de cents synagogues et de très nombreuses bibliothèques publiques ou privées. Elles recèlent les grands ouvrages de référence d’un millénaire de culture juive en Europe de l’Est, en yiddish, en hébreu, en russe, en polonais… Certains sont très rares et très anciens.
Le drame commence en juin 1941, avec l’occupation allemande qui va durer jusqu’en juillet 1944, période durant laquelle les nazis vont procéder à l’élimination physique des 60 000 Juifs – la « Shoah par balle » – mais, en plus, vont vouloir détruire ces livres pour faire disparaître la culture, la mémoire juive. Tous les ouvrages de la région sont raflés, y compris ceux de culture slave que les nazis veulent aussi éliminer.

Dans le cadre de la Journée Internationale dédiée à la Mémoire des Victimes de l’Holocauste, IMAJ est fier de vous convier à l’avant-première exceptionnelle du film "La Brigade des Papiers" de Diane Perelsztejn, le dimanche 27 janvier 2019 à 17h00, salle DC2.206 de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) à Ixelles. La projection sera suivie d’un discussion en compagnie de Bernard Suchecky, historien et co-scénariste du film (ici aux micros de la RTBF en février 2018), Sonia Pinkusowitz, professeur à l’Institut d’Études du Judaïsme et Willy Perelsztejn, producteur du film.
5€ / Gratuit pour les étudiants

Le 02/01/2019  Lire la suite et commenter   0


Le 24 janvier 2019, dans le cadre de la journée internationale de commémoration des victimes de la Shoah qui se tient chaque année le 27 janvier, date anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, la cellule Démocratie ou Barbarie, chargée à la Communauté Wallonie-Bruxelles de veiller à la transmission de la mémoire de la Shoah, tiendra un colloque "Les différentes étapes menant à la Shoah".

Seront abordés: les sources de l’antisémitisme, la législation, le vol et l’exploitation, les camps de Drancy, Westerbork et Dossin, les ghettos, la Shoah par balles et finalement, les centres de mise à mort.

Programme
09 :00-09 :30 Introduction par Frédéric Delcor, Secrétaire général
09 :30-10 :10 Les sources de l’antisémitisme par Joël Kotek, Professeur à l’ULB et Enseignant à Sciences politiques Paris
10 :10-10 :50 La législation, le vol et l’exploitation par Nico Wouters, Responsable CegeSoma, Professeur invité UGent
10 :50-11 :05 questions-réponses 11 :00-11 :10 pause
11 :15-11 :55 Drancy, Westerbork et Dossin par Laurence Schram, Senior Researcher à Kazerne Dossin
11 :55-12 :35 Les ghettos par Annette Wieviorka, Historienne, Directrice émérite de recherche au CNRS
12 :35-12 :45 questions-réponses
12 :45-13 :45 Lunch
14 :00-14 :40 La Shoah par balles par Michal Chojak, directeur adjoint du centre de recherches de Yahad - In Unum
14 :40-15 :20 Les centres de mise à mort par Johan Puttemans, Coordinateur pédagogique ASBL Mémoire d’Auschwitz.
15 :20-15 :30 questions-réponses

La journée d’étude se tiendra dans la salle Baudouin au Palais des Académies, rue Ducale 1 à 1000 Bruxelles.
Le nombre de participants étant limité, il est obligatoire de s’inscrire individuellement par courriel uniquement sur dob@cfwb.be avant le 18 janvier 2019, en précisant : nom, prénom, fonction et si vous êtes enseignant, établissement et fonction exercée dans celui-ci.

 

Yves Monin, Chargé de mission de la cellule Démocratie ou barbarie
Cellule Démocratie ou barbarie / Conseil de la transmission de la mémoire
Boulevard Léopold II, 44 local 6E602- 1080 Bruxelles
Tél : +32 (0)2 690 83 54
www.fw-b.be
www.decretmemoire.cfwb.be / www.democratieoubarbarie.cfwb.beJournée d’étude du 24 janvier 2019

Le 13/12/2018  Lire la suite et commenter   0


Passeurs de mémoires, l’émission de l’AMS sur Radio Judaïca, recevra le lundi 17 décembre à 16h Benjamin Peltier, chercheur à BePax.
Il présentera son étude, publiée en octobre dernier et intitulée « Antisémitisme. Quand la logique antisystème réactive les anciens schémas ».
Depuis plusieurs années, BePAx a centré son travail de recherche sur le thème du racisme et de l’importation des conflits et plus précisément sur l’antisémitisme, l’islamophobie et la négrophobie.

Angle mort
 Benjamin Peltier remarque que l a question de l'antisémitisme "suscite le malaise. Dans les milieux progressistes et antiracistes (...), l'antisémitisme est probablement un des plus gros angles morts existants. (...) C'est un des seuls « types de racisme » qui, quand il est abordé en formation ou en animation, suscite quasi exclusivement de la part du public des exemples tentdant à finalement justifier une méfiance « légitime » vis-à-vis des Juifs".

Benjamin Peltier sera accueilli et questionné par Nicole Weismann, Alain Mihaly et Eric Picard.

Le 13/12/2018  Alain MihalyLire la suite et commenter   0


« Il y a quelque chose de plus fort que la mort
c’est la présence des absents, dans la mémoire des vivants. »


Myriam, Bernard, Philippe ses enfants
Pascal, Luis, Rachel, David, Celine ses petits-enfants
Eliott, Violette, Soline ses arrière-petits-enfants

Ont la profonde tristesse de vous annoncer que
leur maman, mamy, grand-mamy, mamyli

Ilse STEINER, veuve de Gerson FRUMER

Née à Vienne (Autriche) le 18 février 1929
nous a quittés sereinement ce 1er décembre 2018

Nous avons reçu beaucoup de marques de sympathie qui nous réchauffent le cœur
Pour ceux qui le souhaitent, une cérémonie d’au revoir aura lieu
Le mardi 4 décembre 2018
A 9h au funérarium Lesseigne – fbg de Soignies 28 à 1400 Nivelles
A 10h30 au crématorium de Court-St-Etienne
Retour à Nivelles dans l’intimité familiale

Pas de fleurs

Myriam FRUMER – 0485/73.88.18
myriamfrumer@gmail.com

Le 03/12/2018  Lire la suite et commenter   2


 :20180827_image00001.jpegLes poses des pavés de mémoire aux noms de résistants inhumés à l'enclos des fusillé (voir ici) se poursuivront jusq'au 5 décembre selon un rythme soutenu. Après Anderlecht et Saint-Gilles, 40 nouveaux pavés seront posés à Schaerbeek, Bruxelles, Molenbeek, Uccle, Etterbeek, Forest et Ixelles. Vous en trouverez ci-dessous le calendrier détaillé.

Chacun est invité à assister à ces hommages publics, au cours desquelles les engagements des résistants seront évoqués par l'ASBL Mémoired'Auschwitz, promotrice du projet, ainsi que par des élèves d'écoles partenaires.

Le 20/11/2018  AMS-VHSLire la suite et commenter   0


Ce mardi 20 novembre, à Saint-Gilles, l'ASBL Mémoire d'Auschwitz, en partenariat avec l’Association pour le Mémoire de la Shoah, fera poser 6 pavés de mémoire aux noms de 6 résistants ayant habité la commune avant d’étre tués et inhumés au Clos des fusillés.

9h rue Jean Stas 4 Jean-François Tihon
9h30 rue Emile Féron 28 Albert Delcroix 
10h chée de Waterloo 96 - Ernest Musette 
10h30 rue du Fort 47 Philippe Winnen 
11h rue de la Glacière 14 Martial Van Schelle 
11h30 rue d’Irlande 82 Raymond Bosmans

Le personnel communal assurera la pose des pavés dans les trottoirs, devant les seuils des maisons des héros. Les élèves du Lycée Intégral Roger Lallemand , ayant bénéficié au préalable d’un enseignement consacré à la résistance belge durant la seconde guerre mondiale, interviendront à chaque endroit de façon personnalisée.

En 2017, à l'initiative de Jan Hertogen, militant de la mémoire et personne de contact pour les pavés de mémoire en Flandre, la vie et l'engagement d'un de ces résistants, Martial Van Schelle, avait été évoquée en ces termes lors d'une cérémonie tenue au Tir National :  

Le 20/11/2018  AMS-VHSLire la suite et commenter   0


Ce dimanche, à la Colonne du Congrès à Bruxelles, une délégation de l’Association pour la Mémoire de la Shoah défilera devant les plus hautes autorités du pays à l’occasion des cérémonies officielles du 11 novembre. Elles commémorent la fin des deux guerres mondiales. Pour l’AMS, il s’agira de rendre hommage aux victimes de l’antisémitisme nazi et de rappeler que l’Etat belge a honteusement collaboré à leurs persécutions et à leurs déportations.

Bien que ces 2 guerres n’opposaient ni les mêmes belligérants, ni les mêmes causes, l’Etat belge organise depuis 1983 une seule commémoration pour célébrer l’armistice de 1918 et la reddition du 8 mai 1945. Alors que la « guerre des tranchées » opposait des Etats-nations, la seconde guerre mondiale concernait la défense des démocraties occidentales alliées à l’URSS pour combattre les nazis, les fascistes italiens, les japonais et les Etats complices. Mais surtout la spécificité de la guerre 39-45 fut la volonté prioritaire du IIIème Reich d’anéantir le peuple juif de toute l’Europe : la Shoah.

Bien que l’Association pour la Mémoire de la Shoah soit officiellement invitée, le protocole lui a formellement interdit de déposer la gerbe par laquelle elle souhaitait honorer la mémoire des 6 millions de Juifs assassinés. Que justifie cette attitude? L’État belge cherche-t-il à rester discret sur sa collaboration au génocide des Juifs ?

L’AMS rappelle que selon Herman Van Goethem, historien recteur de l’université d’Anvers, le mouvement nationaliste flamand a longtemps idéalisé la collaboration et considéré l’immédiate après-guerre comme une chasse aux sorcières dont il n’y avait pas lieu de se réjouir.
C’est sous sa pression qu’en 1983, le gouvernement Martens-Gol décida de supprimer des jours fériés officiels la célébration spécifique du 8 mai, anniversaire de la victoire des démocrates contre le nazisme. 

Le 08/11/2018  AMS-VHSLire la suite et commenter   1




info@restitution.be ou via ce formulaire

* * * *

image : *
Recopier le code (en minuscule)

Je vous autorise à m'envoyer des informations sur les activités, évènement, ...

Oui  |   Non

les champs marqués par une * sont obligatoires. Le respect de la vie privée est assuré.

Liens